Collection singulière pour époque particulière

Le 28 mai 2020, par Anne Doridou-Heim

Bernd et Hilla Becher font parti des artistes hisoriques du XXe siècles d'une collection marquée par des choix exigeants et un certain regard.

Bernd (1931-2007) et Hilla (1934-2015) Becher, Vergleich : Fördertum – Transformator, 1970, ensemble de six photographies en noir et blanc contrecollées sur carton, 75 87,75 cm.
Adjugé : 110 000 

Dora Maar (1907-1997) ouvrait la marche avec quelques dessins au crayon provenant de sa vente en 1998, et acquis cette fois à quelques centaines d’euros. Elle était vite rejointe par L’Égyptienne, une toile de Jean-Michel Atlan (1913-1960), datée 1954, pour laquelle 18 200 € étaient requis. Place ensuite aux hérauts de la figuration narrative, mouvement contestataire né dans les années 1960 et qui remettait la figuration au cœur du processus créatif pour mieux dénoncer les errances de la société de consommation et de l’ordre établi. Jacques Monory (1924-2018) y tenait toute sa place, de même que sur les murs de cette vente avec une grande toile recouverte de son fameux bleu, de 1969 (120 240 cm), au titre énigmatique Jamais plus les eurs… Son confrère Bernard Rancillac (né en 1931) faisait jouer à James Brown son morceau N°2 en 1974 (huile sur toile, 100 73 cm) et remportait 15 200 €. Cette collection comportait un ensemble d’œuvres exécutées le plus souvent à partir de photographies par des artistes étrangers. Andy Warhol (1928-1987) notamment, dont des tirages en noir et blanc cousus de 1997 de Star Ferry n°2 retenaient 65 000 €. C’est à cette partie qu’appartenait la pièce ayant obtenu l’enchère la plus élevée : 110 000 €. Ce résultat a récompensé une rare œuvre de 1970 du couple Bernd et Hilla Becher, composée de six photographies en noir et blanc contrecollées sur carton et intitulée Vergleich : Fördertum – Transformator. À l’instar de tout leur travail, celui-ci témoigne du paysage industriel de l’Allemagne. Pour le figurer, ils ont choisi la représentation frontale, très frappante. Ils souhaitaient ainsi garder les traces de tout un passé architectural en voie de disparition, silos à grain, châteaux d’eau, réservoirs de carburant… ou encore, comme ici, des transformateurs électriques. Leur style a influencé toute une génération de jeunes photographes regroupés sous le nom d’école de Düsseldorf et désormais reconnus dans le monde entier.

Jacques Monory (1924-2018), Jamais plus les eurs…, 1969, huile sur toile, 120 x 240 cm (détail). Adjugé : 35 500 €
Jacques Monory (1924-2018), Jamais plus les eurs…, 1969, huile sur toile, 120 240 cm (détail).
Adjugé : 35 500 
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne