Collection de Monsieur X, second défilé sous les ordres d’un aigle d’or

Le 31 octobre 2019, par Anne Doridou-Heim

Pas de préemption cette fois, mais un produit de 939 135 € honorait la seconde dispersion d’une collection d’ordres vaste comme le monde.

Royaume de Wurtemberg. Ordre de la Chasse, fondé en 1702, devenu ordre de l’Aigle d’or en 1807, bijou de chevalier de Jérôme Bonaparte, roi de Westphalie, en forme de croix à huit pointes émaillées rouge et anglées d’aigles d’or, les extrémités des branches comblées de trompes de chasse émaillées rouge à embouchoirs tricolores, médaillon émaillé vert au centre, orné à l’avers du monogramme «FR» couronné, diam. 6,5 cm, poids brut 80 g.
Adjugé : 56 610 

La hiérarchie était respectée. C’est bien le bijou de chevalier de Jérôme Bonaparte, alors roi de Westphalie, mis en avant lors de l’Événement consacré à la seconde partie de cette collection de phaléristique (voir l'article Collection de Monsieur X. : à vos ordres ! page 12 de la Gazette no 35 du 18 octobre et page de droite), qui recevait l’hommage le plus élevé : 56 610 €. Un objet historique qui parlait d’Empire (le premier) et d’Europe. À ses côtés dans un défilé qui s’effectuait au pas cadencé, sans faille dans l’organisation comme il sied à la spécialité, les ordres de près de quatre-vingt-dix nations s’avançaient. Le classement des estimations était suivi par le gros de la troupe : ainsi des 18 870 € d’un ensemble de dignitaire comprenant le collier et la plaque du grand ordre coréen du Mugunghwa, des 25 160 € du bijou de premier type réservé aux étrangers du Nishan Ifithar, fondé en Turquie vers 1831, ou encore des 11 070 € de la plaque de grand-croix du modèle «présidence» en argent (voir page 15 de la Gazette mentionnée), un insigne d’une grande rareté ainsi que l’avait précisé Anne de Chefdebien, conservateur du musée national de la Légion d’honneur et des Ordres de chevalerie. Quelques-uns, cependant, osaient sortir des rangs et n’hésitaient pas à se faire remarquer par leurs résultats. C’était le cas des 38 998 € accrochés par un ensemble de 1re classe en vermeil émaillé et diamants de l’ordre du Mérite militaire, institué en Bulgarie en 1900 par le prince Ferdinand Ier (il comprenait sept classes, celle-ci était la plus élevée), et des 41 514 € remportés par un collier de grand-croix en vermeil et émail constitué de trente-deux maillons de l’ordre slovaque du Prince Pribina, inauguré en 1940 en l’honneur du jeune souverain (vers 825-833) fondateur de la principauté du Balaton. Ces deux prix, qui gagnaient le peloton de tête et suscitaient la surprise, sont venus récompenser deux distinctions attribuées en petit nombre. Les bien nommées Sammleranfertigung (ou reproductions pour collectionneurs), dont l’origine était expliquée dans le même article, recevaient quant à elles quelques centaines à milliers d’euros, 10 064 € tout de même saluant celle du collier de chevalier de de l’Aigle noir (institué par le royaume de Prusse), réalisée par l’orfèvre parisien Lemaître.

Bulgarie. Ordre du Mérite militaire, fondé en 1900, ensemble de 1re classe (grand-croix) avec diamants, comprenant un bijou en vermeil éma
Bulgarie. Ordre du Mérite militaire, fondé en 1900, ensemble de 1re classe (grand-croix) avec diamants, comprenant un bijou en vermeil émaillé (12 7,5 cm - poids brut 97 g) et une plaque en argent et vermeil en partie émaillée et sertie de roses (h. 9,6 cm - poids brut 141 g).
Adjugé : 38 998 
mardi 22 octobre 2019 - 02:00 - Live
Audap & Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne