Toute la délicatesse de Jacques Stella sur une ardoise

Le 18 février 2021, par Philippe Dufour

Très attendue en raison de sa rareté et de sa fragilité, l’œuvre du maître français de la première moitié du XVIIe siècle a tenu ses promesses lors de cette vacation toulousaine.

Jacques Stella (1596-1657), La Sainte Famille et saint Jean-Baptiste, ardoise, inscription au revers à l’encre «Stella/Collection du Dr Leroy d’Etiolles/1844», 31,4 23,7 cm.
Adjugé : 49 600 

49 600 € : c’est le score établi par la scène, intimiste mais sacrée, représentée par Jacques Stella, La Sainte Famille et saint Jean-Baptiste, où l’Enfant, entouré de ses parents et de son petit cousin, pose sur l’agneau la couronne de fleurs évoquant celle, d’épines, de sa future Passion. Si la douceur habituelle aux figures du peintre parisien, cher au cardinal de Richelieu, n’est pas étrangère à ce beau résultat, la nature insolite de son support a aussi joué en sa faveur (voir l'article Toute la délicatesse de Jacques Stella sur une ardoise de la Gazette n° 5, page 89). La composition a donc été réalisée sur une ardoise, un matériau rare dont l’usage est une des spécialités de l’artiste. Cette technique particulière, Jacques Stella l’a découverte et maîtrisée lors de son long séjour de seize ans en Italie. Et probablement à Florence, où il arrive en 1617 ; dans la cité des Médicis, existe depuis déjà un siècle une tradition de peinture sur pierre, qu’il s’agisse de marbre, d’onyx ou même de lapis-lazuli… Cependant, il semblerait que ce soit lors de son séjour à Rome, débuté en 1622, que l’œuvre ait été exécutée, alors que Stella commence à être réputé pour ses petits tableaux de dévotion sur ardoise. La véracité de l’inscription située au dos, et lui attribuant la paternité de la composition, est corroborée par ses similitudes avec La Sainte Famille avec saint Jean-Baptiste enfant et un ange, daté 1633 et conservé au musée Fabre à Montpellier (ardoise, 53 37 cm). Par son support, son iconographie et ses dimensions, on peut également la rapprocher de La Vierge à l’Enfant avec saint Jean-Baptiste du palais Pitti, à Florence (marbre noir de Belgique, 22,5 18 cm), et de La Vierge à l’Enfant avec le petit saint Jean-Baptiste du musée des Beaux-Arts de Montréal (ardoise, 30 23 cm), des œuvres peintes vers 1645-1650.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne