La cote d’amour pour les motos françaises vintage

Le 13 mai 2021, par Philippe Dufour

Les deux-roues de compétition des années 1970 et 1980 ont définitivement conquis leurs galons, comme vient de le prouver cette dispersion tenue dans la région biterroise.

Moto FIOR 250 Grand Prix, moteur bicylindre deux temps 250TZ.
Adjugé : 50 630 

Rassemblé par Jean-Paul Toncou, pilote et collectionneur, cet ensemble de mécaniques, comptant cinquante-huit modèles, a cumulé des records (voir l'article Pour vrombir de plaisir de la Gazette n° 18, page 98), souvent inscrits par d’exceptionnelles françaises… Sur la première marche du podium, avec 90 280 € (à partir d’une estimation haute de 16 000 €), arrivait l’une d’entre elles : la BUT 3 n° 003, construite par Éric Offenstadt en 1979. Son auteur appartient à cette poignée d’entrepreneurs hexagonaux dont on s’arrache aujourd’hui les modèles de piste. Cette bombe est équipée d’un moteur maison «HO» («H» pour Houzé et «O» pour Offenstadt) et d’une fourche en magnésium ; elle s’avère complète à 98 %, mais à restaurer. Quant à la BUT 3 n° 001, complète à 90 %, il s’agirait de la moto ayant terminé quatrième au Grand Prix de France, catégorie 350 cc, en 1979, avec un moteur de Yamaha TZ ; elle était à vous pour 58 560 €. Autre française de l’âge d’or, la FIOR 500 Grand Prix de 1985, neuvième au Grand Prix d’Italie cette année-là. Nécessitant des restaurations, elle a été disputée jusqu’à 79 300 € ; rappelons que son créateur est Claude Fior, fondateur de Nogaro Technologie, la meilleure écurie privée aux championnats du monde 500 de 1986 à 1989. De cet atelier, provenait aussi la FIOR 250 Grand Prix, au moteur bicylindre, ayant participé au championnat de France SNCF, et inscrivant ici 50 630 €. Tout aussi recherchées, les Pernod… La Société éponyme, dans le cadre de ses activités mécénales, a créé une section moto en 1978, d’où sortira deux ans après la Grand Prix 250. Un modèle d’usine de 1984, avec palmarès international en compétition, a recueilli 53 680 €, alors qu’une autre, contemporaine, décrochait 42 700 €. Du côté des japonaises, un groupe revêtu de l’inimitable livrée vert pomme Kawasaki a enregistré aussi de bons scores, tels les 30 500 € donnés pour un modèle «Endurance» Kool, un prototype d’usine testé sur une seule saison, à la fin des années 1970.

dimanche 09 mai 2021 - 14:30 - Live
Osenat , Mirabaud - Mercier
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne