facebook
Gazette Drouot logo print

Vincent, la passion des deux-roues so british

Le 03 juin 2021, par Philippe Dufour

On suivait les péripéties d’une nouvelle escouade de motocyclettes sorties des ateliers de constructeurs au cours du XXe siècle, avec quelques pépites très attendues.

Vincent, la passion des deux-roues so british
Moto Vincent « Comet » 500 cc série C de 1952, carte grise française.
Adjugé : 33 600 

En tête de la course, se faisait remarquer la très belle Vincent «Comet» 500 cc, série C, à selle biplace, une authentique icône parmi les deux-roues du début des années 1950 (voir l'article Vincent, icône de l’histoire de la moto de la Gazette n° 20, page 124). Il s’agit d’un des plus grands modèles de la marque Vincent HRD, qui illustre avec brio la production britannique de l’après-guerre, car la machine au carénage d’un noir brillant – parfaitement entretenue – date de 1952. Aussi, cette bombe culte a pu emporter 33 600 €. Dans sa roue, et tout aussi british, voici la Sunbeam S8 - 500 cc de 1950, fabriquée par BSA ; cette machine visait la clientèle chic des gentlemen riders à la recherche d’une moto silencieuse et facile à démarrer. Comme sa sœur la S7, elle est unique en son genre : c’est la seule anglaise équipée d’un moteur bicylindre longitudinal à arbre à cames en tête et d’une transmission par cardan. La qualité de la fonderie est remarquable, aussi la légende veut que cette moto «coûtait plus cher à fabriquer que son prix de vente» ; elle était cette fois adjugée 9 960 €. Quant à l’Ariel NH - 350 cc de 1955, elle s’inscrit dans la famille des Ariel Red Hunter (produites de 1932 à 1959 à partir des dessins du concepteur en chef de la société, Val Page), et relève des robustes modèles sortis lors des dernières années d’existence de cette marque anglaise. Elle a repris la route pour 5 400 €.

samedi 29 mai 2021 - 14:00 - Catalogue
Pousse-Cornet
Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot