Maternité de Vu Cao Dam

Le 27 juin 2019, par Philippe Dufour

C’est le maître des scènes intimistes et familiales, teintées de l’exotisme tendre propre à l’école vietnamienne et tant appréciées.

Vu Cao Dam (1908-2000), Maternité, huile sur toile, 55,5 46,5 cm.
Adjugé : 25 620 

Le peintre originaire de Hanoï livre ici une Maternité, un thème dont il s’est fait une spécialité. D’un fond de jardin fleuri, aux limites de l’abstraction, se détache une figure de jeune mère, recréant sans doute l’univers de son enfance, mais qui n’est pas sans évoquer une image plus sacrée, celle de Marie. Jouant sur ces rappels, l’œuvre ne pouvait qu’enregistrer ces 25 620 €. Atmosphère nettement plus méridionale avec le tableau suivant : Louis Mathieu Verdilhan y décrivait une Vue du port des Goudes aux environs de Marseille (voir l'article Le «bout du monde» de Verdilhan de la Gazette n° 24, page 156). On y retrouve le sens monumental des compositions élaborées par le peintre de Provence, ces masses nettes aux couleurs franches, souvent délimitées par un cerne noir. Une vision quasi estivale qui était échangée contre 18 300 €. Non loin de là, on peut aussi admirer Cassis, le cap Canaille, effet de mer, un paysage décrit par Jean-Baptiste Olive dans une peinture sur panneau ; 6 100 € récompensaient cette œuvre - accompagnée d’une lettre de la petite-fille de l’artiste l’évoquant. Montres et bijoux complétaient ce volet plastique. À commencer par une Zenith El Primero, bracelet chronomètre à boîtier en or rose, à fond squelette, qui sonnait à 6 100 €. Il y avait aussi, pour 4 880 €, une élégante bague des années 1930 en or gris et platine, sommée d’une émeraude rectangulaire de 3 ct (origine Colombie), entourée de dix-huit diamants ronds.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne