facebook
Gazette Drouot logo print

Comme un soleil, une fleur de Fernand Léger

Le 06 janvier 2022, par Philippe Dufour

Le peintre postcubiste était la vedette incontestée de la vacation deauvilloise, accompagné de François Pompon, Paul Signac ou encore Maxime Maufra.

Comme un soleil, une fleur de Fernand Léger
Fernand Léger (1881-1955), Composition à la fleur, 1952, gouache sur papier signée du cachet du monogramme en bas à droite, 53 41,5 cm à vue.
Adjugé : 63 000 

Pas de personnages laborieux, ni de scène industrielle pour cette feuille de Fernand Léger, se laissant aller ici à son penchant pour la nature morte… mais à sa manière. Composition à la fleur s’avère une gouache sur papier peinte en 1952 et signée du cachet au monogramme de l’artiste (53 41,5 cm à vue). Forte de deux certificats, l’un, au dos, par Nadia Léger et un autre du comité Fernand Léger, elle a pu être cueillie pour 63 000 €. À ses côtés, se tenait une aquarelle sur papier signée par Paul Signac en bas à droite (19 25,5 cm) et montrant Le Vieil Antibes ; ce paysage a été saisi depuis la mer, un jour venteux de 1917, par le peintre amateur de cabotage. Une belle réalisation qui lui a valu d’enregistrer 21 672 €. Du côté des plus modernes, Fiona Rae, née en 1963, a livré My Favorite Puppy Life : pour cette huile et acrylique sur toile, titrée et datée «2006» au dos (152,7 127,5 cm), il fallait compter 18 900 €. Signalons qu’elle provenait du fonds d’art contemporain de la Sacem, et auparavant de la galerie Obadia. La sculpture occupait également une place de choix, illustrée surtout par François Pompon, dont Le cerf, grand modèle, une œuvre créée en 1930 et disponible en bronze à patine noire signé sur la terrasse, d’une fonte posthume à cire perdue portant le cachet de «Valsuani fondeur» (59,5 38 9,8 cm). Il récoltait sans peine 39 060 €. Quant au Grand-Duc du même plasticien à portée, il s’agit de la petite taille, un bronze à patine noire nuancée de brun à reflets dorés, signé et portant le cachet «cire perdue Valsuani, n° 8/12». Pour ce sujet créé en 1928, mais ici en épreuve posthume exécutée entre 1973 et 1977 (26,8 11,3 cm), on déboursait 13 230 €. La veille 29 décembre, dévolue aux bijoux, avait été adjugée 20 160 € une montre-bracelet Van Cleef & Arpels des alentours de 1950, «Pelouse», en or jaune (poids brut : 108,6 g). En revanche, le bracelet Mauboussin (voir l'article Mauboussin à l’heure rétro des années 1940 de la Gazette n° 45, page 96) n’a pas trouvé preneur.

arts décoratifs du XXe, design, tableaux anciens et modernes, verreries, meubles anciens et de style, objets d'art et d'ameublement, sculptures, bronzes
jeudi 30 décembre 2021 - 14:30 (CET) - Live
Tradart-Deauville
Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot