Une Femme ailée par Lalique, un taureau d’après Bologne

Le 12 décembre 2019, par Philippe Dufour

On l’attendait avec impatience, ses apparitions en salles étant des plus rares et toujours couronnées de succès : une femme aux ailes démesurées, un bronze de René Lalique, se posait à Châtellerault.

René Lalique (1860-1945), Femme ailée, bronze à patine brune nuancée, fonte à cire perdue, vers 1899-1900, 98,5 104,7 cm.
Adjugé : 508 200 

Il faut rappeler qu’il s’agit d’un élément d’une balustrade créée par le grand joaillier et maître verrier pour son stand de l’Exposition universelle de 1900, à Paris (voir l'article Un chef-d’œuvre de René Lalique de la Gazette n° 41, page 30). Une œuvre exceptionnelle, car il n’existerait en tout que six panneaux du genre, aux graciles personnages prenant des poses toutes différentes. Trois d’entre eux sont déjà exposés dans des institutions internationales : le Kunstgewerbemuseum de Berlin, les musées Lalique de Hakone, au Japon, et de Wingen-sur-Moder, en France. Après une rapide rixe d’enchères, le marteau tombera à 508 200 €, pour le compte d’un collectionneur étranger demeuré anonyme. La vacation se plaçait décidément sous les auspices des arts du métal, car le deuxième résultat d’importance, s’élevant à 16 577 €, était remporté par un somptueux Taureau en bronze (hauteur 16,5 cm avec socle), attribué à l’école française, vers 1700. Cependant, le modèle en est une sculpture identique, élaborée par Jean Bologne (1529-1608), ce qui ajoute à son intérêt. Les arts décoratifs apportaient leurs lots de consolation, à commencer par une élégante pendule-lyre de l’époque Empire, en bronze elle aussi, qui devait sonner pour 4 114 €. Elle était talonnée à 3 872 € par une paire de vases montés en faïence fine de couleur turquoise et à décor extrême-oriental, signée par Théodore Deck. Le lendemain 8 décembre, c’était au tour des dessins et tableaux d’illustrateurs de bandes dessinées et de romans d’anticipation, d’entrer en scène. Sans surprise, le travail d’Enki Bilal était récompensé, à travers une œuvre à l’encre de Chine, aquarelle et gouache, pour un poster paru dans Pilote à la fin des années 1970. Pour cette illustration (20 24,5 cm) en couleurs directes, il fallait compter 7 260 €. Son concurrent était plus âgé, car il n’était autre que le peintre italien de vues champêtres Gaetano Rosa, auteur ici d’une paire de Paysages animés, décrochés pour 7 381 €.

École française vers 1700, d’après Jean Bologne (1529-1608), Taureau, bronze, h. totale 16,5 cm. Adjugé : 16 577 €
École française vers 1700, d’après Jean Bologne (1529-1608), Taureau, bronze, h. totale 16,5 cm.
Adjugé : 16 577 
samedi 07 décembre 2019 - 14:30 - Catalogue
Chemin du Chillou, Parc des expositions - Chillou d'Ozon 86100 Châtellerault
Sabourin
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne