Le temps des globes

Le 10 décembre 2020, par Anne Doridou-Heim

Un ensemble de quatre sphères fabriquées par Delamarche fils tournait rond et ouvrait l’horizon.

Claude Félix Delamarche (1779-1835), ensemble de quatre sphères en carton et papier gravés, pieds tournés en bois fruitier noirci, début du XIXe siècle, h. 42, diam. 18 cm.
Adjugé : 24 130 

La sphère, voilà un objet qui n’a cessé de se perfectionner depuis l’époque des premiers grands voyages et qui continue à séduire par tout ce qu’il raconte d’histoires. Dès le XVIe siècle, les progrès de l’imprimerie sont tels que les globes sont produits en série, les fuseaux étant imprimés à plat et collés ensuite. Au XVIIIe, les fabricants fournissent à leurs clients des éléments de cartes à ajouter au fur et à mesure des plus récentes découvertes. À Paris, dans la seconde moitié de ce siècle porteur, Charles François Delamarche (1740-1817) domine le marché, notamment grâce au fonds documentaire de Robert de Vaugondy (1688-1766), géographe ordinaire du roi, qu’il acquiert en 1786 auprès de Jean Fortin. Son fils Claude Félix (1779-1835) le rejoint et lui succède à son décès. L’entreprise est florissante, surtout grâce à ses modèles en 32,5 cm de diamètre, les plus demandés. Reçu à 24 130 €, cet ensemble de quatre sphères – deux terrestres et deux armillaires – fabriquées du temps du fils tournait rondement, alors que la paire de globes terrestre et céleste (reproduite page 55 de la Gazette n° 42, voir l'article Cruchley entre ciel et terre) de l’Anglais George Frederick Cruchley (1797-1880) restait à quai.

vendredi 04 décembre 2020 - 14:30 - Live
Tessier & Sarrou et Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne