Charles Chevallier : face-à-face de haute volée

Le 04 juin 2020, par Anne Doridou-Heim

Retour gagnant du XVIIIe siècle à Drouot, avec notamment ces deux commodes de Charles Chevallier appartenant à une belle suite d’objets d’ameublement provenant de grandes collections françaises, le tout pour un résultat flirtant avec les 800 000 €.

Estampillées Charles Chevallier, Paris vers 1745-1749, suite de deux commodes en vernis Martin pouvant former paire (l'une reproduite), galbées toutes faces, bronzes ciselés et dorés, 91 158 68 cm.
Adjugé : 227 887 

Honneur à deux belles demoiselles (voir ci-dessus et détail page 100), nées sous des signes différents mais très rapidement réunies pour former une paire plus vraie que nature, que nous vous avions présentées page 37 dans la Gazette no 20 du 22 mai (voir l'article Qui se ressemble s’assemble). Leur apparition sur le marché suscitait une belle bataille d’enchères, et c’est à 227 887 € qu’elles étaient adjugées. L’histoire de Charles Chevallier (1700-1771), dont elles portent l’estampille, est bien connue mais n’apporte pas toutes les réponses concernant leur réalisation. Ce dernier était en effet apparenté aux Criaerd et aux Saunois, toutes deux dynasties de talent. Or, dans le milieu des marchands-ébénistes de la seconde moitié du XVIIIe , il était fréquent d’apposer sa signature sur des meubles fabriqués par des confrères. Un jeu de pistes qui n’est pas toujours simple à reconstituer… Cependant, ces deux commodes offrent plus que des similitudes de style avec les fameux meubles réalisés par Mathieu Criaerd pour la chambre de Mme de Mailly à Choisy – et aujourd’hui au Louvre –, notamment dans l’ornementation de bronzes (ici, dorés au lieu d’être argentés mais disposés de façon identique) et dans le choix de cet oiseau à aigrette. Un résultat de haute volée, conforté par les 44 311 € déposés sur une large bergère basse garnie en bois sculpté et doré (reproduite page de droite) attribuée à Nicolas Quinibert Foliot (1706-1776) d’après un dessin de Nicolas Pineau. Ce maître menuisier fut membre d’une dynastie s’étant illustrée au service du Garde-Meuble de la Couronne. La Femme à la robe rouge (79 62 cm) est l’une de ces dames de l’aristocratie et de la grande bourgeoisie françaises que Nicolas de Largillière (1656-1746) se plaisait à peindre au tournant du XVIIIe siècle. Cette anonyme l’a été en 1699, caractéristique des canons embrassés par l’artiste : port altier, peau diaphane et surtout cette draperie que l’on sentirait presque crisser. Elle a séduit à hauteur de 26 587 €, emportant la plus haute enchère au chapitre des tableaux anciens. D’un ensemble de camées, on retiendra les 11 267 € d’une broche en or ornée d’un modèle en cornaline du début du XIXe siècle, représentant un aruspice entouré de vestales. Quant au petit coffret en chêne et marqueterie d’étain, de laiton, de nacre, de cuivre et d’écaille rouge, exécuté à Anvers ou Bruxelles vers 1690-1700 et attribué à Hendrick Van Soest (voir l'article La vogue des chinoiseries page 40 de la Gazette no 20), c’est sur 13 926 € qu’il se refermait.

Attribuée à Nicolas Quinibert Foliot (1706-1776), bergère garnie à châssis à assise basse en bois sculpté et doré, pieds ornés de cartouch
Attribuée à Nicolas Quinibert Foliot (1706-1776), bergère garnie à châssis à assise basse en bois sculpté et doré, pieds ornés de cartouches feuillagés, 100 82 66 cm.
Adjugé : 44 311 
Panorama (après-vente)

Billes d’or par Jean Després

De Jean Després, on connait davantage l'orfèvrerie que les bijoux, un oublie réparé avec ce pendentif.

De l’orfèvre et bijoutier Jean Després (1889-1980), on est habitué à voir les créations en argent aux lignes très structurées, l’emploi de l’or jaune étant moins fréquent. C’est dommage lorsque l’on voit le raffinement avec lequel il a conçu ce pendentif formant une plaque présentant trois rangées de perles unies ou alternées de billettes d’or (h. 6,5 cm, poids 37,51 g). Et visiblement cela plaît, car, posé dans les vitrines de Fraysse & Associés le jeudi 28 mai à Drouot, ce bijou alliant modernité et raffinement retenait 18 990 €.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne