La bibliothèque Polaillon a hissé les couleurs

Le 16 juillet 2020, par Anne Doridou-Heim

Préemptions du ministère des Armées et beaux résultats récompensaient cet ensemble de livres aux curiosités multiples réuni par un docteur érudit.

George Edwards (1694-1773), Gleanings of Natural History, Exhibiting Figures of Quadrupeds, Birds, Insects, Plants… with descriptions of [152] Different Subjects, Designed, Engraved and Coloured after Nature (…), Londres, printed for the Author, 1758-1760-1764, 2 tomes in-4o, 152 planches coloriées, maroquin bleu d’époque.
Adjugé : 27 760 

«Contribution à l’étude de l’histoire naturelle et médicale des moustiques» : le sujet de sa thèse présentée en 1901 révèle déjà l’originalité et l’intérêt du docteur Polaillon (1875-1941) pour les sciences naturelles, l’un des axes primordiaux de sa bibliothèque (voir l'article Henri Polaillon, la bibliophilie avec panache de l’Événement de la Gazette n° 25 du 26 juin, page 12). C’est d’ailleurs celui qui recueillait les premiers hommages, 23 811 € venant récompenser une rare édition réalisée à Bayreuth en 1754 de  La Vénerie de Jacques du Fouilloux, gentilhomme, seigneur dudit lieu, pays de Gastine…, illustrée de cinquante-six figures gravées sur cuivre d’artistes allemands – à la différence de l’édition française, les personnages y sont vêtus à la mode d’outre-Rhin. Les 27 760 € de Gleanings of Natural History, Exhibiting Figures of Quadrupeds, Birds, Insects, Plants (…) du naturaliste anglais George Edwards (1694-1773), riche de 152 planches (l’une reproduite page de droite) magnifiquement exécutées par celui qui s'avérant être le père de l’ornithologie britannique, venaient renforcer ce premier résultat. Il était temps de passer à un autre temps fort avec la collection d’ouvrages traitant du premier Empire. En ce domaine aussi, le bibliophile possèdait des fleurons, dont cette Galerie des enfans de Mars et collection de divers uniformes de tous les corps composant la ci-devant Garde, s’enorgueillissant de 310 planches rehaussées à l’époque. Il s’agit de l’un des trois seuls exemplaires localisés à ce jour, avec ceux de la reine d’Angleterre et de la BnF. Le ministère des Armées ne pouvait laisser passer cette pépite, «source à laquelle il faut toujours puiser lorsqu’on veut avoir des renseignements exacts sur les tenues du premier Empire», selon Glasser (Costumes militaires, catalogue, 1900), et la préemptait à 23 811 €. Il récidivait au lot suivant en emportant cette fois à 30 077 €, toujours du même, Troupes françaises et autres, une sorte de monument de 383 planches de costumes militaires, dont le supplément de cinquante-trois illustrations sur les troupes étrangères et celui de cinquante-deux autres sur les uniformes de la Restauration. Une belle double prise de guerre ! Une reconnaissance institutionnelle également, confortée par les quatre acquisitions de la BnF, dont celle des Heures nouvelles dédiées à Monseigneur le Dauphin d’Élisabeth Senault dans une jolie reliure du milieu
du XVIII
e siècle, pour 1 253 €.

Pierre Martinet, Galerie des enfans de Mars et collection de divers uniformes de tous les corps composant la ci-devant Garde, Paris, chez
Pierre Martinet, Galerie des enfans de Mars et collection de divers uniformes de tous les corps composant la ci-devant Garde, Paris, chez Martinet, rue du Coq, 1807- {1814}.
Adjugé : 23 811 
mercredi 08 juillet 2020 - 14:00 - Live
Binoche et Giquello
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne