Davout en Pologne

Le 12 décembre 2019, par Etienne Rey

Préemption pour l’ordre polonais des Virtuti Militari remis au maréchal Davout.

Pologne, grand-duché de Varsovie. Ensemble de grand-croix de l’ordre militaire des Virtuti Militari du maréchal Louis Nicolas Davout, reçu en 1809, bijou en or et émail surmonté d‘une couronne, revers gravé « S.A.R.P. » (Stanislas Augustus Rex Poloniae), 9,2 4,5 cm, poids : 44 g, grand cordon complet en moire, plaque en argent, centre en or et émail, revers garni de cuir, attache type Biennais, diam. cm, poids brut : 37 g.
Adjugé : 175 000 

Le très bel état – seul un petit manque au revers et d’infimes éclats sont à signaler –, la rareté et l’historique de cette décoration justifiaient sa préemption par le Musée national de la Légion d’honneur et des ordres de chevalerie, à hauteur de 175 000 € (voir l'article L'Égypte vue de Sèvres de la Gazette n° 42, page 143). Il semble en effet que la grand-croix de l’ordre des Virtuti Militari n’ait été décernée que deux fois sous le premier Empire, au prince Poniatowsky, puis au maréchal Davout. Ce dernier l’a reçue le 22 mars 1809, au début de la campagne d’Autriche, en récompense des services rendus à la Pologne. Lors de la première campagne d’Autriche, le brillant chef de guerre a en effet remporté de nombreux succès en Pologne, couronnés par la bataille d’Eylau, le 8 février 1807 : la victoire contre les Russes s’est soldée grâce à la progression décisive du troisième corps de la Grande Armée que commandait le «maréchal de fer». Ces titres de gloire lui ont valu la nomination par Napoléon au titre de gouverneur général du grand-duché de Varsovie, créé en 1792, et la sympathie du peuple polonais. La bravoure sur les champs de bataille était également évoquée par un ensemble d’officier supérieur de cuirassier, pour lequel il fallait débourser 46 250 €. Datant de 1813-1815, il a appartenu au colonel de cuirassiers Jacques-Charles Dubois. (voir Gazette n° 42, page 143). L’épopée napoléonienne était également évoquée par le service égyptien de Sèvres. Attendue au plus haut à 60 000 €, une assiette ornée d’une «Autre vue de l’Isle de Philoé de l’Ouest à l’Est» par Jacques-François-Joseph Swebach, en 1811, était ainsi propulsée à 157 500 € (voir Gazette n° 42, page 142). Celle montrant le «quartier général dans les tombeaux près de Nagadi», peinte l’année suivante par le même artiste, obtenait 118 750 € (voir photo page 88). L’étude exécutée par le baron Gros pour Les Pestiférés de Jaffa restait quant à elle aux cimaises (voir Gazette n° 42 page 143).

Époque Empire, Sèvres, assiette en porcelaine du service égyptien légendée « Quartier général dans les tombeaux près de Nagadi », signée «
Époque Empire, Sèvres, assiette en porcelaine du service égyptien légendée « Quartier général dans les tombeaux près de Nagadi », signée « Swebach » (Jacques-François-Joseph Swebach, 1769-1823), marquée « M Imp. le de Sèvres 1812 », « VD » en rouge pour Vandé (dorure par Pierre-Jean-Baptiste Vandé, actif à Sèvres entre 1779 et 1824), « 10.a » en vert et « 16 7 b » en or, diam. 23,5 cm.
Adjugé : 118 750 
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne