C’est beau, une ville au tournant du XVIIe siècle

Le 23 mai 2019, par Anne Doridou-Heim

Grâce au Théâtre des cités du monde, premier atlas des vues de villes, celles-ci font leur entrée dans l’histoire. Nous sommes à la fin du XVIe siècle.

Georg Braun et Frans Hogenberg, Théâtre des cités du monde (Cologne, vers 1575-1618), six tomes en deux volumes in-folio, reliure en maroquin rouge, décor à la Du Seuil, vers 1620-1630.
Adjugé : 360 654 

Tout était réuni pour que ces six tomes réunis en deux forts volumes in-folio, et complets de leurs planches coloriées, séduisent. Chose accomplie avec les 360 654 € récoltés par cette édition publiée à Cologne vers 1575-1618 du fameux Théâtre des cités du monde de Georg Braun (1541-1622) et Frans Hogenberg (vers 1535-vers 1590). La découverte de l’Amérique n’a même pas 100 ans lorsqu’en 1572 paraît la première édition de cet atlas, qui comporte des vues de toutes les principales villes du monde connu – pas moins de trois cents différentes –, ainsi que l’article paru en page 49 de la Gazette du 10 mai dernier (no 18) le détaillait. Et ces planches sont d’une précision remarquable, avec pas moins de 5 201 habitations sur celle de Paris ! Une autre résonne avec une actualité récente dramatique : celle de Venise, montrant la basilique Saint-Marc et l’incendie de la toiture du Palais ducal en 1577. La cartographie entre alors dans l’ère moderne, les ateliers de Cologne sont sur les rangs, et ceux d’Amsterdam vont bientôt dominer la production. Plus loin dans cette vente destinée aux bibliophiles, un premier tirage de 1796 du recueil de 250 planches dessinées, gravées à l’eau-forte et coloriées par Frans Balthazar Solvyns (1760-1824) se feuilletait à 38 849 €, une jolie surprise. Cet artiste d’origine flamande séjourne plusieurs années à Calcutta. Il en rapportera quantité de dessins, qui serviront de trame à ce témoignage unique de la vie quotidienne, des mœurs et des coutumes des Hindous, au début de la domination coloniale britannique. Autre parcours pittoresque, celui de Jean-Pierre Houël (1735-1813) effectué dans les îles de Sicile, de Malte et de Lipari. Cet ouvrage de voyage est considéré comme l’un des chefs-d’œuvre du livre illustré du XVIIIe siècle. Il apparaît régulièrement et à chaque fois, plaît tout autant. En retenant 16 292 €, cette édition originale, publiée entre 1782 et 1787, ne dérogeait pas à la règle.

mardi 14 mai 2019 - 14:00 - Live
9, rue Drouot 75009 Paris
Binoche et Giquello
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne