Corse, île d’histoire et de passions

Le 02 juillet 2020, par Philippe Dufour

L’île de Beauté constituait le thème central de cette dispersion phocéenne de documents autographes et manuscrits, avec d’exceptionnels témoins de son annexion au royaume de France au XVIIIe siècle.

Code corse ou Recueil des édits, déclarations, lettres patentes, arrêts et règlements publiés dans l’isle de Corse depuis sa soumission à l’obéissance du Roi, 16 volumes in-4°, Imprimerie Royale, Paris, 1778.
Adjugé : 26 875 

Adjugée 26 875 €, la vedette de la session comportait seize volumes in-4°, ceux du fameux Code corse ou Recueil des […] règlements publiés dans l’isle de Corse depuis sa soumission à l’obéissance du Roi. Doublé de sa traduction en italien, l’ouvrage «imprimé par ordre de Sa Majesté» par l’Imprimerie Royale, à Paris en 1778, s’avère pour une fois complet, fait rarissime. Rappelons que moins de dix ans après la conquête, Louis XV fait procéder à la publication de cet ensemble, qui durera près de quatorze années. Suivait, pour 9 375 €, l’Istoria di Corsica descritta in latino nel decimo septimo secolo dal signor Francesco Canari signore di Sisco in Bastia abbitante fatta transcrivere dal signor Antonio Buttafoco capitano al servigio di Sua Maesta cristinissima nel Regimento Rela Corso l’anno MDCCLI ; ces deux volumes petit in-4° en latin renferment une copie du manuscrit sur l’histoire corse dont la trace est perdue. Anonyme, un autre manuscrit – de 118 pages in-4° – relatant Mon séjour dans l’Isle de Corse 1768, évoque la mission de son auteur, commandant de corps français qui débarque à Ajaccio le 12 juin 1768, et ses rencontres et pourparlers avec M. Cuttoly. Pour le parcourir, il fallait compter 8 750 €.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne