Le tour du monde des religions

Le 09 avril 2019, par Bertrand Galimard Flavigny

Si, au XVIIIe siècle, le catholicisme est la religion d’État en France, les regards se tournent également vers d’autres croyances. Une somme sur le sujet est passée récemment en vente.

Cérémonies et coutumes religieuses de tous les peuples du monde, édition originale de 1723 à 1743, reliée en plein veau orné et armorié. Paris, Drouot Richelieu, vendredi 15 février 2019, Coutau-Bégarie OVV, 2 061 € frais compris. Experts : M. et Mme del Moral.

Au début du XVIIIe siècle, siècle des Lumières, on se préoccupe de religions et des cérémonies qui les entourent. L’Encyclopédie définit alors la religion par cette phrase : «[Elle] est la connaissance de la divinité et celle du culte qui lui est dû.» La notice indiquant plus loin : «Aussi voyons-nous que tous les peuples, qui ont adoré quelque divinité, ont fixé leur culte à quelques démonstrations extérieures qu’on nomme des cérémonies.» On commanda à Bernard Picart (1673-1733) les illustrations d’un ouvrage consacré aux Cérémonies et coutumes religieuses de tous les peuples du monde, publié à Amsterdam de 1723 à 1743, en huit tomes réunis en neuf volumes in-folio. Pour des textes compilés et rédigés principalement par Jean Frédéric Bernard (vers 1680-1744) et Antoine Augustin Bruzen de La Martinière (1662-1746), Picart réalisa pas moins de 266 gravures. Un exemplaire relié en plein veau orné (un peu restauré), frappé au centre des plats d’armoiries «à la tour donjonnée à senestre», timbrées d’une couronne de marquis, a été adjugé 2 061 € à l’Hôtel Drouot, le 15 février 2019, par la maison Coutau-Bégarie, assistée par Jérôme et Valentine del Moral de la librairie parisienne Villa Browna. Selon le bibliographe Brunet : «Cette éd. est celle que l’on préfère car elle contient les premières épreuves. Les très belles grav. de Picard en font presque tout le mérite.» On aurait aimé compléter ces neuf volumes par les deux supplémentaires, sur les Superstitions, mais ils manquent le plus souvent. Les premiers évoquent successivement les juifs et les chrétiens catholiques, les grecs et les protestants, les tomes V, VI et VII, les anglicans, les quaquers et les anabaptistes, les mahométans, les peuples des Indes occidentales, de l’Amérique, les bramines, les dieux des Indiens orientaux, les banians, ainsi que les religions des peuples de la Chine et du Japon, de Perse et de l’Afrique. Le tome VIII établit «un parallèle historique des cérémonies religieuses de tous les peuples anciens et modernes, et la description de divers usages singuliers prétendus religieux ou qui ont quelque rapport à la religion». Ce tome contient notamment L’Histoire de la fête des foux (sic) par Du Tillot. Le tome IX, quant à lui, évoque «plusieurs dissertations de messieurs les abbés Banier et Le Mascrier, sur des matières qui ont quelque rapport aux cérémonies religieuses». Cet ouvrage monumental remporta un certain succès et connut plusieurs rééditions, dès 1735 et 1739, avec quelques augmentations de texte, puis en 1741 en sept volumes in-folio ornés de 243 figures copiées sur la première édition hollandaise. Une nouvelle édition parut en 1810 à Paris, chez Prudhomme, cette fois en treize volumes in-folio, illustrée de trois vignettes et de 282 planches gravées hors-texte, dont une planche coloriée dans le tome IX, «avec, dit Brunet, des augmentations considérables de texte». Un exemplaire sous cartonnage recouvert de papier rose, le dos lisse, les pièces de titre bleues, dans un état médiocre, a été vendu 1 120 € à Drouot, le 15 octobre 2013, par la maison Gros & Delettrez. On note encore une réédition en 1819 (six volumes, in-4°) dans laquelle on voit figurer les «éternelles gravures» de Picart.

Panorama (après-vente)

Atlas Mercator

Le 21 février 2019, par Anne Doridou-Heim

La logique est respectée. Dans la dispersion de la bibliothèque érudite Mulliez, vendredi 15 février à Drouot chez Coutau-Bégarie (M. et Mme Del Moral), c’est cet exemplaire complet de La Géographie de Claude Ptolémée, revu et corrigé par Gérard Mercator le grand fabricant d’atlas du XVIe siècle  qui était entraîné au plus haut, à 14 168 € exactement. Venait ensuite, à 7 342 €, une édition de 1762 du volume 9 de l’Opera (1756-1778) de Piranèse, montrant les monuments antiques de Rome.

vendredi 15 février 2019 - 14:00 - Live
Coutau-Bégarie
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne