L’esprit du XVIIIe siècle

Le 18 décembre 2019, par Sophie Reyssat

Conduit par une commode de Mondon, le siècle des Lumières montrait ses diverses facettes.

Époque Louis XV, commode en placage de bois de rose, satiné bois de violette et amarante, bronzes ciselés et dorés, dessus de marbre vraisemblablement brèche violette, estampille Mondon, poinçon de jurande JME, 89 140 64 cm.
Adjugé : 33 750 

À 33 750 €, le meilleur résultat de cette dispersion consacrée aux «grands siècles» français revenait à ce meuble d’époque Louis XV estampillé par François Mondon. Bien que spécialiste des commodes, l’ébéniste a généralement produit des pièces plus sobres que ce modèle, dont le raffinement est marqué par le choix des deux tiroirs sans traverse, les marqueteries de quadrillages et de fleurs dans une réserve, associées à l’usage abondant de bronzes rocaille, richement ciselés en feuilles d’acanthe, volutes feuillagées et chutes à têtes d’enfants. Ils sont à rapprocher de ceux ornant deux commodes estampillées Dubois. Précisons à ce titre que Mondon a sans doute également été marchand, ce qualificatif étant associé à son nom en 1746, au décès de son épouse. La surprise venait toutefois d’une épinette en aile d’oiseau et à clavier saillant, en partie de la fin du XVIIe ou du début du siècle suivant. Malgré une table d’harmonie remplacée par une vitrine, elle était bataillée jusqu’à 25 000 €, en salle et au téléphone, par les spécialistes de cet instrument de la famille des clavecins. Autre succès, celui d’un tapis au point noué de cinq mètres de long, emporté pour 20 625 € bien que tissé vers 1960-1970 dans le style du XVIIIe. Avec ses médaillons imbriqués, ornés de fleurs aux tonalités pastel sur fond vieux rose, et ses écoinçons garnis de gerbes rubanées – le tout cerné par une bordure simulant un encadrement en bois doré –, il s’inspire des créations de la manufacture de la Savonnerie. Les vases avaient eux aussi la cote : 16 250 € étaient décernés à une vasque en onyx du début du XIXe siècle, portée par un trépied en bronze patiné et doré, tandis qu’un pot-pourri navette, taillé sous Louis XVI dans le marbre brèche de Médous et garni d’une monture à frise ajourée et têtes de béliers, obtenait 13 125 €. 11 500 € étaient encore requis pour les visages d’une femme et d’un ecclésiastique dessinés par Jean-Marc Nattier.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne