Biibliothèque Pierre Bergé, nouvel opus

Le 07 janvier 2021, par Anne Doridou-Heim

Cette nouvelle dispersion de la bibliothèque Pierre Bergé conviait Guillaume de Lorris, René Descartes et Stendhal en un trio gagnant au discours méthodique.

Guillaume de Lorris (vers 1200-vers 1238) et Jean de Meung (1240?-1304?), Le Rommant de la rose imprimé à Paris, Paris, Jean Petit, vers 1497, in-folio, reliure en maroquin rouge aux plats ornés d’une large bordure de cases dorées au pointillé enfermant chacune une rose mosaïquée de Marcelin Lortic (1852-1928).
Adjugé : 92 254 

Le produit total de cette nouvelle vacation, offrant une fois encore une promenade littéraire en compagnie des plus grands auteurs et textes des siècles passés, s’est élevé à 2 596 290 € et a vu trois champions se tenir dans un mouchoir de poche à l’arrivée. Avec une version vers 1497 du Rommant de la rose imprimé à Paris chez Jean Petit, Guillaume de Lorris et Jean de Meung l’emportaient d’une courte tête à 92 254 €. Il s’agit d’une très rare édition incunable du fameux roman médiéval dont les bibliophiles pensent qu’elle fut imprimée à l’époque pour Jean Petit – dont elle porte la marque sur la page de garde – ou Antoine Vérard, tous deux faiseurs de livres. Si sept exemplaires identiques sont à ce jour répertoriés, l’un d’eux est incomplet du dernier feuillet avec le portrait de Jean de Meung, continuateur de l’ouvrage quelque quarante années après Lorris. Un saut dans le temps et les amateurs se retrouvaient dans l’Italie du début du XIXe siècle, en 1811 exactement et avec pour guide touristique éclairé Stendhal. Ce manuscrit en partie autographe, rédigé par M. de Léry mais abondamment corrigé et annoté par l’auteur, est un témoignage du passage du journal à la fiction dans l’œuvre de l’écrivain. Le texte de ce Tour d’Italie en 1811, achevé en 1813, deviendra en effet l’ossature de Rome, Naples et Florence en 1817. En toute logique stendhalienne, il recevait 91 000 €. Un autre bond dans l’espace et le temps envoyait vers les Pays-Bas de 1637, plus précisément à Leyde, où une édition originale du Discours de la méthode… de René Descartes (1596-1650) était enfin publiée chez le libraire-imprimeur Jean Maire. Condensant l’essentiel de son message philosophique, cet ouvrage est le premier édité par l'homme de science, qui, surmontant les craintes provoquées par la condamnation de Galilée en 1633, l’écrivit directement en français afin que ses recherches soient accessibles à tous. Paru anonymement, il conserve une aura intacte. Cette version se découvrait à 90 990 €.
 

René Descartes (1596-1650), Discours de la méthode pour bien conduire sa raison, & chercher la vérité dans les sciences…, Leyde, Jean Mair
René Descartes (1596-1650), Discours de la méthode pour bien conduire sa raison, & chercher la vérité dans les sciences…, Leyde, Jean Maire, 1637.
Adjugé : 90 990 €
mercredi 16 décembre 2020 - 02:00 - Live
Pierre Bergé & Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne