Henry Moret, la Bretagne éternelle

Le 21 juillet 2021, par Philippe Dufour

La XVIIIe édition de la vente célébrant «L’âme bretonne» a permis de réviser ses grands classiques, d’un paysage de Moret à un vase de Quimper.

Henry Moret (1856-1913), L’Enfer de Plogoff, 1911, huile sur toile signée, titrée et datée, 92 74 cm.
Adjugé : 176 000 

Pleine d’embruns et de fureur, la toile décrivant L’Enfer de Plogoff (92 74 cm, voir l'article La Bretagne et son chantre, Henry Moret de la Gazette n° 27, page 78) a tenu ses promesses en suscitant 176 000 €. Henry Moret l’a peinte en 1911, avec sa maestria postimpressionniste habituelle, rendant palpable la violence des flots déchaînés de cette passe située à la pointe du Raz, dans le Finistère. Breton d’adoption également, Jean-Julien Lemordant exécute en 1905 les fresques de l’hôtel de l’Épée, à Quimper, fixant des scènes locales ; en 1912, ce sera, s’inspirant du même univers traditionnel, le plafond de l’opéra de Rennes. De la même facture moderne et matiériste, son Étude pour le Pardon a plu ici à hauteur de 7 440 € ; la toile (34 82 cm) porte au dos un cachet d’authenticité de Mme Naudet-Cazenavette, légataire universelle du peintre. Lionel Floch avait pris Le Ramassage du goémon pour sujet ; l’artiste transforme les rudes travailleurs, femmes et hommes, en héros du quotidien dans ce format allongé (90 150 cm). Une facture vigoureuse, qui était récompensée par 7 070 €. Au registre des arts de la table, d’incontournables faïences de Quimper apportaient ensuite leurs touches colorées. Tel le vase à fond bleu roi, dû au talent du peintre Louis Garin pour la «Manufacture HB Grande Maison» ; c’est en 1928 que l’artiste rennais est pris sous contrat par Jules Verlingue, directeur de l’établissement, et ce jusqu’en 1938. Vers 1930, il signe cette pièce globulaire en grès émaillé polychrome (n° 1384, h. 34 cm), caractéristique de la fameuse période de renouveau, dite «Odetta». Décorée de régates – à l’image de celles qui se tiennent dans le golfe du Morbihan –, la pièce de forme, qui fut présentée à l’Exposition coloniale de 1931, a glané ici 18 000 €.
 

Louis Garin (1888-1959), vase globulaire en grès émaillé polychrome à fond bleu roi période Odetta, vers 1930, n° 1384, signé et marqué «H
Louis Garin (1888-1959), vase globulaire en grès émaillé polychrome à fond bleu roi période Odetta, vers 1930, n° 1384, signé et marqué «HB Quimper» et «G» en creux, manufacture «HB Grande Maison».
Adjugé : 18 000 
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne