Une guitare à l’heure espagnole

Le 19 mars 2020, par Philippe Dufour

Consacrée aux instruments de musique, cette vacation rennaise a été surtout l’occasion de faire entendre des cordes, anciennes ou modernes.

Guitare romantique à 12 cordes de facture espagnole début XIXe, étiquette originale assez effacée «JOSEF PAGES ME HIZO EN CADIZ» anode 18- N° 70. Table épicéa avec marqueterie de palissandre et de nacre, manche avec touche en palissandre, fond et éclisses en cyprès.
Adjugé : 17 220 

Instrument ibérique s’il en est, la guitare a mené la danse avec une version romantique datant du début du XIXe siècle. À douze cordes, de facture espagnole, car fabriquée par le luthier Josef Pages de Cadix, elle porte toujours son étiquette originale, assez effacée, où est inscrit : «Josef Pages Me Hizo En Cadiz ano de 18- N°70». L’artefact comporte une table en épicéa avec une fine marqueterie d’entrelacs de palissandre et de nacre blanche, d’une rosace incrustée de triangles des mêmes matériaux, ainsi que d’une tête en placage de palissandre avec entrelacs en ivoire. Elle changeait de mains contre 17 220 €. Exécuté dans la deuxième moitié du XIXe siècle – et probablement de facture viennoise dans un style italien –, un violoncelle (769 mm) suivait, doté d’une table en épicéa, d’un fond d’une pièce en peuplier sur couche et d’un vernis rouge-brun à sous-ton plus jaune, saisi à 9 102 €. Un second violoncelle (760 mm) partait à 6 396 €, pour sa part exécuté à Mirecourt, au début du XXe siècle, et portant une étiquette «Fait dans l’atelier de Paul Blanchard en 1902». Concluons avec les 5 166 € d’un archet de violon français, marqué «Victor Fetique à Paris», au fer sur le pan de la baguette près de la hausse, avec sa baguette ronde en pernambouc rouge orangé de 73 cm, à hausse et bouton ébène argent (54,5 g).

lundi 09 mars 2020 - 14:00 - Catalogue
32, place des Lices 35000 Rennes
Rennes Enchères