Gazette Drouot logo print

Du style gothique aux grâces de la Renaissance

Publié le , par Philippe Dufour

L’histoire, l’officielle et l’intime, s’invitait à Dijon avec deux tapisseries d’Audenarde, tandis que des sculptures de bel aloi témoignaient d’une ferveur toute médiévale.

Du style gothique aux grâces de la Renaissance
La Guerre des Amoureux, tapisserie d’Audenarde, fin du XVIe siècle, 410 x 268 cm. Adjugé : 17 500 €

Les premières, tissées dans la célèbre ville flamande, évoquaient des événement se déroulant en France dans le troisième quart du XVIe siècle, date de leur réalisation. Décrochée pour 19 520 €, l’une d’entre elles, aux vives couleurs, mettait en scène une bataille. Au centre de la scène, le roi de France à cheval, identifié par un étendard aux fleurs de lis sur sa gauche. Il pourrait bien s’agir de Charles IX, bataillant contre les protestants dans le cadre des guerres de Religion, entre 1560 et 1570. Quant au lieu évoqué, il pourrait s’agir de Vergt (Dordogne). La seconde pièce, sensiblement de la même période, relatait les amours contrariés d’Henri de Navarre, futur Henri IV, et de sa première épouse, Marguerite de Valois, la fameuse Reine Margot. Sous le titre de La Guerre des Amoureux, elle enthousiasmait un collectionneur qui déboursait 17 500 €. En matière de sculpture, on remontait le temps jusqu’au XIIe siècle, lointaine époque où fut sculpté, en Lombardie, ce chapiteau d’applique en marbre rose agrémenté d’une scène de personnages sur trois côtés. Deux figures principales s’y affrontent, se tenant réciproquement par la barbe, tandis que deux femmes tentent de les retenir (15 860 €). Du XIVe ou du XVe siècle datait une paire de lions stylophores en marbre rouge de Vérone, appréciée pour 14 640 €. Ces fauves sculptés se trouvaient au portail des églises italiennes, où ils supportaient les colonnes d’un baldaquin d’entrée, en Émilie-Romagne, en Toscane, et surtout en Lombardie. Pour le même prix, on avait aussi un buste reliquaire de femme en bois sculpté polychrome et doré, le bas est percé d’une ouverture arrondie ; présenté sur un socle gothique hexagonal, il a vu le jour dans la France du XVe siècle. Probablement originaire du Sud-Ouest français de la même époque, quatre beaux éléments en pierre sculptée en ronde bosse rappelait la Parabole du riche et du pauvre, en échange de 14 030 €.

Haute Époque
samedi 25 mai 2019 - 14:00 (CEST) -
Hôtel des Ventes Victor Hugo
Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot