facebook
Gazette Drouot logo print

Les éléments bien orchestrés par Bruegel le Jeune

Le 01 avril 2021, par Philippe Dufour

Sans surprise, la suite de cuivres du Flamand a joué les vedettes à Lille, entourée de quelques perles de la même période, tant mobilières que picturales.

Les éléments bien orchestrés par Bruegel le Jeune
Attribué à Jan II Bruegel, dit le Jeune (1601-1678), «Les Quatre Éléments», dont Le Feu, La Terre, L’Air et l’Eau, suite de quatre cuivres, 45 67 cm.
Adjugé : 650 000 

Sujet de l’Avant-première de la Gazette n° 11 (voir l'article Jan Bruegel le Jeune : le monde et ses merveilles à la puissance quatre page 15), les quatre peintures représentant «Les Quatre Éléments» et attribuées à Jan II Bruegel, dit le Jeune, étaient attendues de pied ferme, tant il est rare que ces suites composées par l’artiste – et avant lui par son père, Jan Ier Bruegel, dit de Velours – soient restées complètes… C’est finalement un acheteur français qui a emporté pour 650 000 Le Feu, La Terre, L’Air et l’Eau (45 67 m), auparavant réapparus le 2  juin 1970 chez Christie’s à Londres. Il faut rappeler que ces tableaux reprennent les compositions élaborées par Bruegel de Velours pour le cardinal milanais Federico Borromeo, vers 1606-1607, également sur cuivre et de mêmes dimensions. Quant à nos allégories, elles sont surtout prétextes à de pléthoriques natures mortes et peintures animalières, au-delà de la représentation du mythe antique. De leur côté, L’Air et L’Eau pourraient bien avoir bénéficié de la collaboration du peintre anversois Hendrick Van Balen. À quelques encablures, suivait avec 15 000 € un Portrait d’homme aux gants donné à l’école allemande du XVIe siècle, et en particulier à un suiveur de Barthel Bruyn, le maître de Cologne. L’œuvre est exécutée sur un panneau de chêne renforcé, mesurant 89,5 63,5 cm. De Cornelis Saftleven, Hollandais établi surtout à Rotterdam, il y avait aussi une Arche de Noé peinte également sur bois (42,5 53,6 cm) et signée, prenant les flots pour 13 125 €. Au rayon des très beaux meubles, brillait un imposant cabinet de forme architectonique (195 132 56 cm), en placage de palissandre, écaille, ébène et bois noirci. Datant du XVIIe siècle, il présente, au centre de sa façade à colonnes, la statuette d’une femme à l’antique en bronze doré. Il raflait 19 375 €.

Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot