Ce n’était pas le Pérou…

Le 08 avril 2021, par Anne Doridou-Heim

Des tirages photographiques réalisés au tournant du XXe siècle livrent quelques images d’une Amazonie disparue et pas forcément rêvée.

Charles Kroehle (1876-1902), cinq tirages albuminés dont un Autoportrait avec un homme tirant à l’arc, 16,3 11,3 cm chacun.
Adjugé : 3 810 

Parmi les tirages photographiques de cette vente dévolue au voyage, ceux du Pérou intéressaient tout particulièrement. Réalisés à l’intérieur du pays en 1893 pour les uns, en 1904 pour les autres, ils révèlent un monde aujourd’hui disparu, mais aussi le regard d’hommes blancs de la fin du XIXe siècle pas toujours complaisants. Charles Kroehle, un Allemand qui a installé un studio à Iquitos, voyage avec son compatriote le photographe et ethnographe George Huebner. Il est l’auteur de cinq tirages albuminés partis à 3 810 €, dont celui reproduit, le montrant posté derrière un homme tirant à l’arc. Fasciné par la civilisation des Indiens vivant sur les bords des affluents de l’Amazone, il a fait œuvre d’explorateur pour effectuer leurs portraits. Le musée du quai Branly - Jacques Chirac conserve l’un de ses albums. Le second ensemble réunit vingt tirages d’époque (entre 10,5 cm et 11 15,1 cm chacun) réalisés par Eugène Robuchon (1872-1906) dans les régions de la Chorrera et de Garapana, et il fixait 3 937 €. Ce photographe originaire de Poitiers avait reçu la mission d’arpenter le district du caoutchouc par le gouvernement péruvien. Il n’en revint jamais, et sa disparition n’est toujours pas élucidée. Certains spéculent sur un assassinat commis par la Compagnie nationale d’exploitation, car son reportage menaçait de révéler les atrocités commises sur les tribus locales.

mardi 30 mars 2021 - 02:00 - Live
Yann Le Mouel
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne