Bijou modulable et histoire de Lyon

Le 15 avril 2021, par Philippe Dufour

Une sélection joaillière allant du milieu du XIXe siècle aux années 1980 était à portée de main, pour une vente en « gants blancs », celle de l’écrin de Madame B. comptant 128 lots, renfermant notamment un remarquable collier à transformations. 

Maison Auger Paris, années 1870, bijou à transformations (tour de cou, diadème,  broche, bracelet), monture or jaune et argent, diamants, écrin d’origine.
Adjugé : 24 000 

Présentée dans la Gazette n° 13 (voir l'article Quatre bijoux en un page 115), la pièce se love dans son écrin d’origine de la maison Auger, le joaillier de la place des Victoires, à Paris ; le coffret en cuir marron, de forme carrée et estampillé avec une couronne comtale, porte les initiales «H K». Datant des années 1870, le collier, en or jaune et argent, peut se transformer successivement en tour de cou, diadème, broche, pour le motif central orné des trois plus importants diamants, et enfin en bracelet, composé de la ligne de diamants. Il était à vous pour 24 000 €. Plus récente, une bague marguerite en or et platine, sertie en son centre d’un diamant taille ancienne de forme coussin, d’environ 3 ct et dans un entourage de huit diamants, est ensuite partie pour 11 500 €. Enfin, une montre-bracelet Cartier du modèle «Panthère», unisexe, au boîtier carré à deux rangs en or, nécessitait 3 000 €. Du côté des cimaises, une peinture sur cuivre de la fin du XVIIIe siècle montrait une fascinante et rare Vue de Lyon, abbaye d’Ainay et colline de Fourvière (27,5 41 cm) ; à cette époque, la pointe de la Confluence contemporaine n’existe pas encore et le quartier Perrache est en devenir, alors que plusieurs îles doivent être raccordées à la capitale des Gaules. Aussi ce témoignage historique partait-il à 8 500 €.

jeudi 08 avril 2021 - 13:00 - Catalogue
Artenchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne