L'empereur Lucius Verus ou la Rome antonine

Le 18 février 2021, par Anne Doridou-Heim

On attendait un faune, c’est un empereur romain qui a atteint l’Olympe loin devant du mobilier ancien de belle tenue. 

Rome, période antonine vers 130-192. Buste à demi nu représentant l’empereur Lucius Verus (130-169), marbre blanc, h. 72 cm (pied en marbre veiné rose du XIXou du XXe siècle).
Adjugé : 169 000 €

Les héritiers des biens mobiliers du château de Boutemont n’étaient pas encore prêts à voir disperser ce patrimoine familial. C’est la raison pour laquelle le torse acéphale en marbre représentant le dieu Pan ou un faune, reproduit et très remarqué page 34 de la Gazette n° 5 (voir l'article L’après-midi d’un faune d'époque romaine), a été retiré de la vente ainsi que sept autres lots. La voie était donc ouverte et sans concurrence pour ce buste à demi nu représentant l’empereur Lucius Verus (161-169). Le césar de la dynastie des Antonins (96-192) est habilement sculpté, sa coiffure et sa barbe abondamment fournies en boucles léonines contrastant avec l’aspect poli de son visage et de son torse nu, aux épaules soulignées d’un drapé. Les restaurations en plâtre du nez n’ont en rien altéré la désirabilité de son profil et il s’est distingué à 169 000 €. Un beau résultat pour un homme dont le règne – partagé avec Marc Aurèle (161-180) – aura été très court (et qui aux champs de bataille, pour lesquels il possédait un certain talent, préférait la luxure en son palais romain), mais une enchère logique pour une œuvre caractéristique du brio des portraits sous les Antonins. Ces derniers marquent en effet une rupture complète avec la tradition classique des œuvres des décennies précédentes : ils deviennent quasiment baroques. Une courte période qui sera portée jusqu’à l’excès sous Commode (180-192) avant un retour à plus de modération. La suite de l’après-midi dévoilait des objets d’ameublement d’époque, notamment un bureau plat à caissons (79 197 95 cm) en poirier noirci à l’imitation de l’ébène, orné de filets de laiton. Pour ce meuble Régence à la belle prestance, 40 300 € étaient requis. Enfin, une tapisserie de la manufacture royale de Beauvais (294 278 cm), figurant L’Offrande à Pan – et appartenant à la célèbre tenture des Grotesques à fond jaune, dont le carton a été peint par Jean-Baptiste Monnoyer (1634-1699) – était déposée à 29 900 €.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne