De la lumière à l’ombre

Le 18 mars 2021, par Anne Doridou-Heim

L’ancien Opéra, visité par le pinceau fluide et impertinent d’Eugène Lami, révèle des coulisses plus sombres que la légèreté des ballets.

Eugène Lami (1800-1890), Les Coulisses de l’Opéra, rue Le Peletier, 1839, plume et aquarelle, 20 26,5 cm.
Adjugé : 3 175 

Avec un résultat de 3 175 €, il n’est pas l’objet le plus cher de cette vente, mais il est certainement celui qui en dit le plus sur le monde parisien du XIXe siècle. Et ce en quelques détails bien sentis, dépeints par le dessinateur Eugène Lami (1800-1890). Cette plume et aquarelle, croquée en 1839 et titrée Les Coulisses de l’Opéra, rue Le Peletier, est presque une caricature tant elle dénonce – sous couvert de légèreté – ce que l’on préférait cacher. Avant #MeToo, il y avait Lami… C’est en effet l’heure où les hommes de la bonne société viennent rencontrer les petites danseuses du ballet et les entretenir de leurs désirs. L’Opéra était alors rue Le Peletier, ayant été construit dans les jardins du duc de Choiseul pour remplacer celui de la rue de Richelieu, détruit après l’assassinat du duc de Berry. On peut reconnaître Marie Taglioni, Fanny Elssler, Alfred de Musset caressant la joue d’une de leurs consœurs, le maître de ballet Joseph Mazilier peut-être – celui qui esquisse un pas de danse. Cette feuille est certainement l’une des soixante et une exécutées par Lami pour illustrer l’Histoire de mon temps d’Anatole Demidoff, et il pourrait s’agir de la Luxure, datée elle aussi 1839 et de dimensions similaires. Autant de bonnes raisons pour être préemptée par la BnF pour la bibliothèque-musée de l’Opéra de Paris.

Panorama (après-vente)

Franc barrissement pour une pendule «à l’éléphant»

Le 18 mars 2021, par Anne Doridou-Heim

Cette pendule «à l’éléphant» est tout droit issue de la vogue de l’exotisme du XVIIIe siècle, au temps du rocaille...

Le modèle est connu ! Cependant, on ne se lasse pas de voir apparaître sur le marché cette pendule «à l’éléphant», tout droit issue de la vogue de l’exotisme du XVIIIe siècle, au temps du rocaille, et qui n’a pas pris une ride. Les modèles animaliers ont fait la réputation du fondeur Jean-Joseph de Saint-Germain (1719-1791) et d’autres se sont rapidement engouffrés dans cette voie prometteuse. Sur cet exemplaire, le sympathique pachyderme en bronze patiné a la trompe levée, porte sur son dos le mouvement signé «CHes Baltazar à Paris», surmonté d’un trophée d’armes en bronze doré. Tout joyeux, il emportait 19 050 €, le vendredi 12 mars à Drouot, chez Beaussant Lefèvre (MM. Bacot et de Lencquesaing).

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne