Mucha égrène les heures

Le 13 juin 2019, par Philippe Dufour

Fleurs et feuillages décoraient des planches d’Alfons Mucha, un bijou de Claude Lalanne, ou encore un paravent indochinois...

Alfons Mucha (1860-1939), Les Heures du jour, 1899, ensemble complet des quatre lithographies couleur, signées et datées dans la planche, dimension de chaque feuille : 108,5 39,5 cm.
Adjugé : 18 600 

Du maître de l’art nouveau, on proposait un ensemble complet de quatre lithographies en couleur qui célébraient Les Heures du jour, dessinées en 1899. Intitulées «Éveil du matin», «Éclat du jour», «Rêverie du soir et Repos de la nuit», chacune mettait en scène une fille-fleur. Signées et datées dans la planche, elles avaient été longtemps oubliées dans un grenier familial… Malgré tout, leur très bon état les emportait vers ces 18 600 €. Sensiblement de la même période, un cabinet en bois exotique ajouré et incrusté de nacre, exécuté en Indochine, recueillait 8 928 €. Provenant d’une famille française installée dans la colonie dans les années 1940-1950, il se composait de nombreux panneaux coulissants, tiroirs et vantaux, et portait un opulent décor de personnages, parmi des motifs végétaux et des pagodes. Pour 6 820 €, vous portiez ensuite un collier «chinois» à décor de fleurs d’hortensias créé par Claude Lalanne en 1982, en bronze à patine rouge. Il s’agit d’une pièce unique, édition Artcurial, munie de son certificat signé par l’artiste et son coffret d’origine. Autre bijou, mais plus classique : un bracelet ajouré de la maison Cartier, en or gris serti de neuf diamants de taille ancienne (0,70 à 0,75 ct environ pour les trois diamants centraux) et de roses. Des alentours de 1920, et signé «Cartier Paris-Londres», il affichait une longueur de 18 cm, pour un poids brut de 15,2 g (6 448 €).

mardi 04 juin 2019 - - Live
2-4, rue Saint-Firmin 69008 Lyon
Artenchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne