François-Xavier Lalanne sous le signe du poisson

Le 08 octobre 2020, par Anne Doridou-Heim

Une création émanant du bestiaire plein d’esprit de François-Xavier Lalanne dominait la tonalité XXe siècle de cette vacation.

François-Xavier Lalanne (1927-2008), La Carpe d’or, résine dorée à la feuille numérotée 53/250, édition Artcurial, h. 30, l. 56 cm.
Adjugé : 65 688 

La Carpe d’or, une création de 1987 de François-Xavier Lalanne (1927-2008), ici présentée dans une édition Artcurial en résine dorée et numérotée 53/250, nageait à son aise dans le grand bassin des enchères et avalait 65 688 €. Lalanne semblait apprécier ce poisson muet, abondant dans les bassins d’eau douce, pour l’avoir décliné sous forme de mobilier – une desserte en 1972 –, de sculpture de décoration d’intérieur et même d’œuvre monumentale destinée à l’espace public – témoin sa Grande carpe trônant sur le port de Fontvieille, de 1996. Pour magnifier le cyprinidé et lui donner de l’esprit, il emploie ici la feuille d'or, et cela fonctionne à merveille ! L’œuvre volait la vedette à Roméo et Juliette d’Arman, une combustion de violoncelles brisés prise dans le Plexiglas (voir l'article Une colère musicale d'Arman page 50 de la Gazette n° 33 du 25 septembre). La pièce, pourtant unique et provenant d’une collection particulière, ne trouvait pas preneur. Un autre couple célèbre était transfiguré, mais cette fois-ci par Erró (né en 1932) et avec plus de succès. L’artiste islandais choisissait celui d’Adam et Ève (200 97,5 cm) et les fixait sur une toile. Pas de pomme ni de jardin d’Éden en vue, mais un serpent tentaculaire issu de sa propre imagination. L’œuvre ancienne, appartenant à la série «Sex-Trémités» de 1962, partait à 36 064 €. La section XXe siècle avait été ouverte par une sculpture sur bois (h. 34 cm) de Jean Lambert-Rucki (1888-1967), intitulée Le Chef ou Le Clown, taillée dans l’ébène de Macassar et portant une coiffe en argent. La figure hiératique séduisait à 22 540 €. Le design était enfin représenté notamment par un fauteuil (86 50 65 cm) de Jean Prouvé (1910-1984), nommé tout bonnement Antony par son concepteur – il a été dessiné pour la cité universitaire Jean-Zay d’Antony. Référencé sous le numéro 356, à assise et dossier en bois thermoformé et reposant sur un piétement en tôle d’acier pliée laquée rouge, le modèle ne manquait pas d’allure et retenait 29 624 €.

vendredi 02 octobre 2020 - 14:30 - Live
Binoche et Giquello
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne