Record mondial pour Ernest Dagonet 

Le 01 avril 2021, par Anne Doridou-Heim

Outsiders, Diane et Actéon par Ernest Dagonet sortaient du bois pour rafler le trophée devant Ulysse attribuée à Jean Alaux.

Ernest Dagonet (1856-1926), Diane et Actéon, 1906, bronze, h. 167 cm.
Adjugé : 78 000 

Véritable morceau de peinture à l’instar de toutes les œuvres proposées lors du concours du prix de Rome, la toile attribuée à Jean Alaux (1786-1864), dépeignant Ulysse massacrant les prétendants de Pénélope (110 148 cm - Voir l'article Inspiré de David et attribuée à Jean Alaux page 54 de la Gazette n° 11 du 19 mars), emportait 41 600 €. Le fier combattant et navigateur dont les dieux ont aidé ou contrarié le retour à Ithaque auprès de son épouse bien-aimée – et fidèle – se voyait cette fois, et bien pacifiquement, confronté à Diane. La déesse de la chasse accompagnée d’Actéon, petit-fils orgueilleux d’Apollon, étaient les sujets d’une paire de bronzes réalisés en 1906 par Ernest Dagonet (1856-1926). Ce sont eux qui retenaient la plus haute adjudication à 78 000 € : une surprise et un record mondial pour leur auteur, rare sur le marché et dont la plus haute adjudication avant ce jour était de 6 220 € (source Arnet) ! Le Champenois avait déjà eu son heure de gloire lors de l’exécution en 1903 de sa version de La Marseillaise, et livrait ainsi une véritable ode patriotique. Si son art n’avait rien de révolutionnaire, ces deux sculptures – certainement des ornements de jardin – ne manquent pas d’une allure les inscrivant pleinement dans le XXe siècle. Le jeune chasseur tient le trophée d’un cerf, animal en lequel il sera transformé, et la déesse avance un chien à ses côtés, rappelant la mort douloureuse d’Actéon, dévoré par les siens, qui ne le reconnaîtront pas.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne