facebook
Gazette Drouot logo print

Rimbaud, Bugatti et Dom Robert

Le 04 novembre 2021, par Anne Doridou-Heim

Sous le regard illuminé de Rimbaud, un jeune cerf de Bugatti s’ébattait dans un champ fleuri tissé par Dom Robert.

 Rimbaud, Bugatti et Dom Robert
Rembrandt Bugatti (1884-1916), Jeune cerf se grattant le cou, vers 1906, épreuve en bronze à patine noire, cire perdue Hébrard, numéroté 2, tirage limité à cinq exemplaires, h. 25 cm (env.), terrasse : 32 11,5 cm.
Adjugé : 177 744 

Difficile de faire plus joli trio que ces noms réunis ici par le miracle des enchères. Sur un fond de millefleurs, tissé en 1966 dans les ateliers Tabard Frères et Sœurs d’Aubusson d’après un carton de Dom Robert (1907-1997), coqs, abeilles et papillons butinaient gaiement. Cette tapisserie en laine d’une vivante polychromie était décrochée à 45 080 € (cabinet Marcilhac, expert). Le Jeune cerf se grattant le cou (reproduit ci-dessus) semble tout droit jailli de ce décor foisonnant, tout comme eux indifférent au tumulte du monde. Sculpté par Rembrandt Bugatti vers 1906 et issu d’une fonte d’Hébrard de six exemplaires seulement – dont le musée d’Orsay conserve un plâtre (voir l'article Plus vivant que nature page 49 de la Gazette n° 37) –, ce daguet acceptait avec sérénité et naturel un résultat de 177 744 €. Quelle spontanéité dans l’attitude et dans ce geste qui le rend si touchant ! À la différence des félins, auxquels il donne un vrai hiératisme, le sculpteur cherche à transcrire de la tendresse dans ses cervidés – une grande famille maintes fois représentée. C’est aussi au cœur d’une forêt, celle d’Ardenne, qu’Arthur Rimbaud voit le jour en 1854. Presque cent ans plus tard, en 1948, Fernand Léger est choisi pour illustrer une édition des Illuminations, son recueil le plus incroyable, celui avec lequel il a écrit un nouveau langage. Il s’agit d’un tirage luxueux réalisé à Lausanne l’année suivante sur les presses des éditions des Gaules. Il contient quinze lithographies, presque toutes coloriées au pochoir, et pour le frontispice, le peintre s’est inspiré de la photographie d’Étienne Carjat prise en octobre 1871. Il donne au poète le même regard clair et déjà perdu au loin, la même mèche au vent, reprenant aussi des détails vestimentaires comme ce nœud qui orne le col. C’est la gouache à l’origine de l’image qui apparaissait ici. Le musée Rimbaud de Charleville-Mézières, toujours aux aguets, a saisi l’occasion offerte et l’a préemptée pour 19 320 €. Cette œuvre va rejoindre un fonds conséquent, régulièrement enrichi grâce à une politique volontariste, menée par la conservation avec le soutien de la Ville.

Fernand Léger (1881-1955), Rimbaud, gouache sur papier, 33 x 25,2 cm. Adjugé : 19 320 €
Fernand Léger (1881-1955), Rimbaud, gouache sur papier, 33 25,2 cm.
Adjugé : 19 320 

Art africain et précolombien, art nouveau, art déco, design
mercredi 27 octobre 2021 - 14:00 (CEST) - Live
Oger - Blanchet , Mathias - Bournazel
Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot