Petit de Meurville, diplomate et peintre

Le 16 septembre 2020, par Philippe Dufour

C’est l’œuvre d’un homme aux talents multiples que l’on dispersait à Saint-Jean-de-Luz, évoquant particulièrement son long séjour en Espagne.

François-Didier Petit de Meurville (1793-1873), Le Phare et les quais d’Alicante, huile sur toile, 47 x 73 cm.
Adjugé : 21 080 €

Les collectionneurs étaient nombreux au rendez-vous pour la dispersion de la collection de François-Didier Petit de Meurville (1793-1873), dont les 109 lots ont quadruplé leur estimation avec un total de 215 586 €. Ce diplomate avait mis à profit son séjour à Alicante, où il résida en tant que vice-consul de France de 1848 à 1857, pour peindre des toiles constituant autant de précieux témoignages sur la vie d’alors en pays valencien. Il en laissera plusieurs vues, dont la très enlevée Le Phare et les quais (47 73 cm), décrivant minutieusement l’agitation du port : une toile qui a été appréciée à hauteur de 21 080 €. Dans Muletiers sur le chemin entre Alicante et Elche (81 110 cm, voir l'article Diplomate et artiste de la Gazette n° 30, page 79), ce sont les activités pittoresques de la région qu’il décrit (16 120 €). Quant à Alicante et la citadelle, daté de 1850 (48 73 cm), ce tableau – adjugé 14 880 € – rappelle l’environnement très minéral de la ville, avec ses montagnes escarpées et brûlées de soleil. Mais Petit de Meurville n’était pas qu’un talentueux paysagiste : il excelle aussi dans les portraits de tous ses proches, parents, épouse et enfants, fixés avec beaucoup de sensibilité. À l’image ici d’un instantané intimiste brossé vers 1851-1852, La Famille de Didier Petit de Meurville à l’intérieur de leur salon à Alicante (70 60 cm), qui a recueilli à juste titre 16 120 €.

samedi 12 septembre 2020 - 14:00 - Live
8, rue Dominique-Larréa, Z.A. Layatz 64500 Saint-Jean-de-Luz
Côte Basque Enchères Lelièvre - Cabarrouy
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne