Jacques Crépineau, la scène française à l'honneur

Le 14 octobre 2021, par Anne Doridou-Heim

Trois jours – et non trois coups – étaient nécessaires pour disperser les 649 lots composant la collection de Jacques Crépineau, consacrée comme il se doit à la scène française. 

Paul Colin (1892-1985), Le Tumulte noir, Paris, 1929, album in-folio, 29 feuillets, édition originale et premier tirage illustré de 43 lithographies (l’une reproduite), un texte humoristique de Joséphine Baker en fac-similé de son écriture, un calligramme.
Adjugé : 20 625 

On ne présente plus Jacques Crépineau (1932-2017). Cette figure du théâtre parisien avait réuni une impressionnante collection conservée dans son appartement (voir page 50 de la Gazette n° 34 du 1er octobre), dont la dispersion se concluait sur le produit total de 779 834 €. On y croisait les noms des incontournables de la spécialité, ceux qui, avec talent et tout au long du XXe siècle principalement, ont illustré les arts du spectacle. On commencera par celui de George Barbier (1882-1932), également illustrateur de mode, dont une encre et gouache pour La Vie parisienne (31,5 50,5 cm) de 1918 décrochait 5 120 € et la figure de Cléopâtre (32,5 20,5 cm) de 1912, 4 096 €. Dans la catégorie des auteurs et interprètes, un Autoportrait (reproduit page de droite) à l’huile vers 1913 de Sacha Guitry (1885-1957) enlevait 4 608 € et un autre, plus amusant et l’esquissant au crayon et pastel rouge dans le rôle du Prince Louis Napoléon (48 31,5 cm), 1 664 €. Jean Cocteau (1889-1963) se faisait remarquer à 7 680 € avec le Portrait de Paul Iribe (18 16,5 cm) – lui-même auteur d’une gouache, The Rose Girl (30,5 23,5 cm), séduisant à 5 120 € – et Sempé (né en 1932), à 7 040 € avec un projet d’affiche dessiné à l’encre, au crayon et à la mine de plomb pour La Pattemouille de Michel Lengliney, créée à la Michodière le 21 janvier 1982. Et c’était loin d’être terminé, la pièce se jouant en plusieurs actes ! Ainsi, le Molière du plus haut prix n’échappait pas à cette édition originale de Paul Colin, Le Tumulte noir (voir ci-dessus et page 94), qui faisait entendre sa sonorité jazzy à 20 625 €. Celui de la plus belle musique revenait à Jacques Offenbach pour l’opéra-bouffe La Grande-Duchesse de Gérolstein, sur un livret (8 500 €) d’Henri Meilhac et de Ludovic Halévy, et celui des meilleurs costumes à George Barbier, de retour sur les planches pour illustrer Le Bonheur du jour ou les Grâces à la mode – un album riche de vingt et une compositions en couleurs de 1924 – et accepter un trophée de 10 250 €. Cette fois, le rideau pouvait tomber, le programme alléchant ayant été joué et bien joué.
 

Sacha Guitry (1885-1957), Autoportrait, vers 1913 huile sur toile, 65 x 55 cm. Adjugé : 4 608 €
Sacha Guitry (1885-1957), Autoportrait, vers 1913 huile sur toile, 65 55 cm.
Adjugé : 4 608 
mercredi 06 octobre 2021 - 14:00 - Live
Ader
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne