D’une crinoline de fête à un maillot graphique

Le 25 février 2021, par Philippe Dufour

La dispersion de la très importante collection de Gilles Labrosse s’est poursuivie à Moulins, explorant les charmes et les fantaisies de la couture des XIXe et XXe siècles, de Boston à Paris.

Robe à grande crinoline américaine, « Independance day 4th july », en taffetas brodé de fils d’argent, vers 1865-1870.
Adjugé : 3 100 

Les deux premiers volets de la vente consacrée aux costumes anciens rassemblés par Gilles Labrosse ont été largement relayés dans la Gazette n° 24 de 2020 (page 12). Pour ces opus 3 et 4, étalés sur deux jours, le focus a surtout été mis sur les réalisations des deux derniers siècles. À l’image de cette théâtrale robe à crinoline projetée (environ 380 cm), de fabrication américaine comme le laissent deviner ses motifs aux couleurs claquantes : celles du célèbre drapeau « Stars and Stripes». Le corsage bleu à manches ballon porte les fameuses étoiles brodées en fil d’argent, tandis que la volumineuse jupe se pare de larges rayures rouges et blanches. Sans doute créée pour être arborée lors de l’Independance Day, soit le 4 juillet, fête nationale, elle a vu le jour entre 1865 et 1870. Un amateur la décrochait contre 3 100 €. Toujours américaine, une sinueuse robe de grand soir à traîne en satin jaune portait la griffe de la maison Parcher, à Boston ; dessinée vers 1900, elle se compose de deux parties à grandes tiges ondulantes d’œillets très art nouveau. Aussi était-elle emportée à 3 920 €. Direction les sixties avec la pièce suivante : un maillot de bain inspiré à Yves Saint Laurent par les toiles de Piet Mondrian, après 1965. Il rappelle la fascination
du jeune couturier parisien pour la peinture moderne, et a trouvé preneur à 1 
670 €.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne