L’Art et le design en Touraine

Le 28 novembre 2019, par Philippe Dufour

Pour ce week-end orchestré dans un cadre très contemporain résonnaient les notes colorées de Lapicque et Calder, sans oublier le contrepoint de Perriand ou d’Alberto Giacometti.

Charles Lapicque (1898-1988), Villa Vicentine, 1954, huile sur toile, 64,5 80,5 cm.
Adjugé : 64 500 

Le sculpteur de Montparnasse signait là une lampe du modèle «Flambeau», créée vers 1934, et réalisée en bronze (h. 44,5 cm). À l’issue d’une âpre bataille, elle a été emportée par un collectionneur français pour 304 000 €. À cela n’était pas étranger le fait qu’elle affiche le numéro gravé «AGD 4151» (confirmé par le comité Giacometti), ainsi qu’un excellent pedigree, puisque provenant de la collection du peintre Francis Gruber (1912-1948), grand ami de Giacometti ; l’objet fut offert en 1972 par sa veuve George Bernstein (1916-2005) à Marcel et Janine Degliame. Mais ces deux jour de ventes, organisés au Centre de création contemporaine Olivier-Debré, étaient émaillés d’un important ensemble d’œuvres de Charles Lapicque (voir l'article Charles Lapicque ou la science de la couleur de la Gazette n° 38, page 24) qui générait à lui seul un total de 305 000 €, toutes les œuvres sur papier étant vendues le samedi 16. À la tête de ces pièces provenant de l’atelier de Bréhat et de son amie Elmina Auger, une Villa Vicentine, peinte sur toile en 1954 (64,5 80,5 cm) emportait 64 500 €. Une rencontre entre Ulysse et Nausicaa, de 1964, suivait, récompensée de 18 000 € (54 73 cm). Troisième artiste mis en lumière : Alexander Calder, représenté par des pièces offertes à un ami tourangeau. Acheté 53 300 € par Jean-Paul Favand du musée des Arts forains à Paris, Le Cirque, les voltigeurs, des alentours de 1930, a été réalisé en fil de fer (48 34 29,5 cm). Le même acheteur a acquis pour 24 800 € un Acrobate. À 37 000 € s’équilibrait une maquette de stabile à 5 Pales, réalisée vers 1969 (50,5 55,5, envergure 63,5 cm). Côté design, trois créateurs emportaient les premières places. Charlotte Perriand d’abord, qui signait avec Pierre Jeanneret trois penderies et un bahut simplissimes, du début des années 1940, vendus pour un total de 36 000 €. Quant à Jean Prouvé, une de ses tables Compas (73 120 65 cm), réalisée en 1958, et une chaise Métropole n° 306 (79 42 50 cm), fabriquée vers 1952, partaient pour 19 300 €.

samedi 16 novembre 2019 - 14:00 - Catalogue
Rouillac
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne