École lombarde du début du XVIIIe siècle

Le 10 septembre 2020, par Philippe Dufour

Cette suite de natures mortes lombarde du début du XVIIIe siècle est des plus vivantesmais elle était néanmoins séparée.

École lombarde du début du XVIIIe siècle, suite de quatre natures mortes à l’huile sur toile, diam. toiles : 68 cm, cadres : 100 cm.
Vendu 42 900 € l’ensemble

L’ensemble compte pas moins de quatre tableaux peints en tondo (diam. 68 cm), vendus séparément. Relevant de l’école lombarde du début du XVIIIe siècle, la série a su totaliser le résultat notable de 42 900 €, juste récompense pour ses indéniables valeurs esthétiques, que soulignent d’opulents cadres en bois sculpté, stuqué et doré à décor de fleurs et feuilles d’acanthe, de la même époque. Dans le détail, le bel ensemble se compose d’une Nature morte à la corbeille de poires, coings et cerises (11 440 €), d’une aux bécasses, grives, caille et sarcelle (6 292 €), d’une autre au perroquet, raisins et grenades (13 728 €), ainsi que d’une Nature morte à la perdrix, bécassine et cailles (11 440 €). À 152 €, c’est une autre sorte de peinture qui les talonnait, cette fois exécutée sur céramique, précisément sur un plat circulaire (diam. 28 cm) en faïence d’Urbino, décoré «en plein», en polychromie vive et noire, d’une scène mythologique : L’Enlèvement d’Europe ; on découvre au revers du plat l’inscription «Gione et Europe « et la date «1594». On finissait sur une autre matière fragile : la porcelaine, grâce à une paire de vases couverts (h. 32 cm.). Arborant un décor en émaux de la famille verte, de dragons pourchassant la perle sacrée au-dessus de vagues, datant de la période Kangxi (1662-1722), elle était acquise pour 6 978 € .

 

 
 
 


 

samedi 05 septembre 2020 - 14:00 -
Hôtel des ventes, 5, rue Pape-Carpantier 72200 La Flèche
Cyril Duval Enchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne