Picasso, roi de Madoura

Le 16 juillet 2020, par Anne Doridou-Heim

Une majesté picassienne et la créatrice contemporaine Claire Debril étaient les deux piliers de cette nouvelle édition de Céramixte.

Pablo Picasso (1881-1973) (d’après) et atelier Madoura, Vase deux anses hautes, le Roi, céramique tournée à terre blanche et décor gravé au couteau sous couverte émaillée, édition à 400 exemplaires de 1952, h. 38 cm.
Adjugé : 40 320 

© Succession Picasso, Paris, 2020

L’ensemble de vingt-cinq pièces de la céramiste Claire Debril (née en 1927), provenant de la collection d’un amateur, a séduit avec ses émaux parfaitement maîtrisés et ses formes audacieuses. Les estimations ont été doublées et le vase en terre cuite orné de rouge et noir (h. 40,5 cm) que l’on pouvait admirer dans la Gazette n° 26 du 3 juillet (voir l'article Une délicate austérité page 56) s’est ainsi posé à 2 898 €. Les regards se tournaient ensuite vers ce modèle à deux anses, dessiné quant à lui par Pablo Picasso (1881-1973) et exécuté dans les ateliers Madoura, dirigés par Georges et Suzanne Ramié. Force était de constater que l’intérêt pour ces céramiques conçues lors du long séjour sur place du Malaguène, entre 1948 et 1955, ne se démentait pas. Ce vase-sculpture titré Le Roi, avec ses deux anses hautes et son décor gravé au couteau sous couverte émaillée et partiellement brossée dans les tons de blanc, gris et noir, se campait fièrement à 40 320 €. L’aventure du grand maître de l’art moderne avec les arts du feu a donné naissance à une production foisonnante – on parle de milliers de pièces – tout à fait originale, qui a complètement renouvelé l'artisanat potier de Vallauris et ouvert la voie à bien d’autres possibles.

mercredi 08 juillet 2020 - 14:00 - Live
9, rue Drouot 75009 Paris
Art-Valorem
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne