Sous les auspices martiaux de Guandi

Le 27 février 2020, par Philippe Dufour

Une vacation poitevine, marquée par une diversité de bel aloi, alliait objets d’art, tableaux, automobiles vintage et arts asiatiques.

Chine du Sud, dans le style des Ming, XVIIIe siècle. Sculpture en bois doré et polychrome représentant Guandi, hauteur avec socle 92 cm.
Adjugé : 16 359 

Défendant les couleurs de l’empire du Milieu, cette ronde-bosse en bois doré et polychrome représente Guandi. Elle a été exécutée dans la Chine du Sud au XVIIIe siècle, mais dans le style plus ancien des Ming. Haute de 92 cm (avec son socle), la statue prend les traits de la divinité créée à partir de la figure humaine du guerrier Guan Yu. Celui-ci aurait vécu à l’époque des Trois Royaumes (220-280) et été divinisé en tant que bodhisattva. Pour apprivoiser celui qui est parfois considéré comme le dieu chinois de la guerre, il fallait s’armer de 16 359 €. À l’opposé de cette ambiance martiale, se déployait un triptyque peint à l’huile par Emilio Boggio, dans son cadre d’origine. D’origine vénézuélienne, l’artiste travaillera en France ; ici, il dépeint des paysages impressionnistes méditerranéens, avec Reflet de soleil dans le petit port de Bogliasco vu de St Ilario, Italie 1909, La Promenade et la tour Gropallo, Nervi, Italie et Effet de nuages dans la mer et le petit port de Bogliasco vu de St Ilario, Italie 1909. Une promenade qui nécessitait 5 412 €. Deux véhicules bien connus fermaient la marche : une Peugeot 504 berline «automatique» de type A 13, qui a été mise en circulation le 15 mai 1974, et une Renault 4 L de modèle «Savane», de type 112 C00, mise en circulation le 16 février 1987. Pour la première, on déboursait 6 027 €, tandis que pour la seconde 5 904 € étaient de mise.

samedi 22 février 2020 - 14:00 -
22, boulevard du Grand-Cerf 86000 Poitiers
Hôtel des Ventes de Poitiers Boissinot & Tailliez
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne