Hiérôn et Lycurgue : du Fayoum au Louvre

Le 05 mars 2020, par Philippe Dufour

Ambiance virile à Nancy, où deux figures mythologiques peintes au IIe siècle côtoyaient un maillot ayant été porté par un autre dieu, mais du stade : Pelé.

Égypte, Fayoum, époque romaine, IIe siècle apr. J.- C. Icône égypto-romaine, Hiérôn et Lycurgue, bois stuqué polychrome, 38 31,5 cm.
Adjugé : 73 680 

Les dieux veillaient au succès de cette vénérable icône peinte en Égypte sous l’occupation romaine (voir l'article Icône du Fayoum de la Gazette n° 7, page 98). Il s’agit d’une école bien connue, celle du Fayoum, une région aux allures d’oasis située aujourd’hui à une centaine de kilomètres au sud-ouest du Caire. L’art du portrait s’y est particulièrement développé pendant les quatre premiers siècles de notre ère, laissant d’inestimables témoignages sur les populations locales, mais aussi grecques et romaines qui peuplaient la province. L’artefact qui nous occupe ici est d’un type différent, puisque représentant deux divinités militaires – Hiérôn et Lycurgue – aux noms hellénistiques, mais d’origines thrace et syrienne. À destination votive, ce panneau stuqué et polychromé est de fait bien plus rare que les fameux portraits de la même région. Aussi était-il préempté par le musée du Louvre à hauteur de 73 680 €, à partir d’une estimation haute de 50 000 €. Edson Arantes do Nascimento – plus connu sous le nom de Pelé – avait lui aussi des adorateurs dans la salle : l’un de ses maillots était disputé jusqu’à 30 700 €. Le grand joueur de football (né en 1940) a porté ce vêtement, arborant le numéro «10» en juin 1970, pour un match avec l’équipe nationale du Brésil lors de la Coupe du monde. Aux couleurs de son pays, c’est-à-dire jaune et vert (pour les bordures de col et de manches), le maillot porte sur le devant une dédicace. Sa provenance est également bien tracée : il a appartenu à Roger Machin, ancien arbitre international dans le ballon rond. Enfin, une pièce de design bien connue fermait la marche : la table «Réfectoire» de Jean Prouvé (l. 125 cm). L’architecte l’a imaginée vers 1939, dotant sa structure métallique aux pieds profilés d’un plateau de comblanchien. Elle changeait d’intérieur pour 19 648 €.

samedi 29 février 2020 - 14:00 -
52, rue de Nabécor 54000 Nancy
Nabecor Enchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne