Une belle descente

Le 23 mai 2019, par Anne Doridou-Heim

Nouveau succès pour les rapides de Nguyen Van Ty, laqueur de l’École des beaux-arts de l’Indochine.

Nguyen Van Ty (1917-1992), Les Rapides de Cho-Bo sur la rivière Noire, 1942, diptyque en bois laqué polychrome et feuilles d’or, 100 166 cm.
Adjugé : 102 870 

Nguyen Van Ty (1917-1992) se joue merveilleusement des dangers des rapides de la rivière Noire. Après avoir enregistré un record mondial de 381 000 € avec une version monumentale de quinze panneaux le 2 avril dernier, présentée par la même maison de ventes (voir Gazette n° 14, page 88), il les descendait cette fois à 102 870 € avec celle-ci, de 1942 également mais constituée de deux panneaux. Un an seulement qu’il est diplômé de l’École supérieure des beaux-arts de l’Indochine d’Hanoï et déjà, Nguyen Van Ty n’est plus un élève, mais un artiste en pleine possession de son art, la laque. Il appartient d’ailleurs, avec Nguyen Gia Tri (1908-1993), Pham Hau (1903-1995) et Nguyen Khang (1912-1989), à cette génération des plus grands maîtres laqueurs du futur Vietnam. Ainsi que la majorité des créations de cette époque, ce diptytique a été acquis lors de son exécution auprès du peintre par un Français en poste – il s’agissait cette fois de Roger Autour, professeur au lycée Albert-Sarrault à Hanoï – et, après être demeuré dans sa famille depuis, apparaît aujourd’hui sur le marché. Une œuvre totalement inédite qui traduit l’identité vietnamienne dans ce médium délicat et exigeant. La vente était ouverte à d’autres techniques et sujets, notamment à une originale huile sur carton d’un artiste anglais de la fin du XIXe siècle, ayant choisi de peindre des Élégantes au skating-ring adjugées 12 065 €. L’occasion pour la Gazette no 18 du 10 mai de vous raconter, en page 55, l’histoire de ce loisir – le patin à roulettes – né vers 1860 et promis à une belle postérité.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne