Un amour de bijou

Le 23 juillet 2020, par Sophie Reyssat

Cette bague sentimentale de René Lalique incarne avec raffinement ce qui fit la modernité de l’art nouveau.

René Lalique (1860-1945), bague Le Baiser, deux profils s’embrassant, l’un en relief, l’autre en intaille, verre pressé, décor de chardons émaillés et or, signée, vers 1900-1905, poids 6,35 g.
Adjugé : 85 800 

Ce baiser plein d’attentes confirmait toutes les espérances, en étant propulsé à 85 800 € par un amateur français sur une estimation haute de 8 000 € (voir l'article Lalique : pour l’amour des femmes de la Gazette n° 27, page 87). Plus qu’un bijou, cette bague, chef-d’œuvre de finesse dans son exécution comme dans son sujet, est un manifeste du style de René Lalique. Le créateur est au sommet de son art en 1900, comme l’atteste son stand de l’Exposition universelle. En remplaçant les pierres précieuses par les émaux, et en introduisant le verre et d’autres matériaux comme la corne ou l’ivoire dans ses bijoux, il a fait entrer la joaillerie traditionnelle dans la modernité. Signée Jules Desbois et fondue par A. A. Hebrard vers 1905, une broche montrant un profil de femme sculpté dans l’or jaune, et ponctué de perles, faisait elle aussi écho à la créativité d’une Belle Époque inspirée par les femmes, moyennant 4 160 €. Plus traditionnels, les colliers de perles dépassaient eux aussi allègrement leurs estimations, à l’image d’un collier de cinquante perles fines et dix perles fantaisie en chute, propulsé à 50 050 €, tandis qu’un diamant navette de 4,03 ct – de couleur E et de pureté VS2 – cerné de diamants trapèze sur platine, était passé au doigt pour 40 300 €. Boucheron jouait avec les formes – ronde, brillant et baguette – des pierres éternelles, serties sur un bracelet négocié à 36 400 €, tandis que Després séduisait par le minimalisme d’un bracelet articulé en argent emporté pour 22 750 €.

jeudi 16 juillet 2020 - 14:30 - Live
Hôtel des ventes, 164 bis, avenue Charles-de-Gaulle 92200 Neuilly-sur-Seine
Aguttes
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne