Une œuvre manifeste de Camille Claudel

Le 29 octobre 2020, par Philippe Dufour

Un bronze émouvant de Camille Claudel et l’effigie triomphante d’une grande dame portraiturée par Rigaud, finalement préemptée, ont éclairé cette vente bordelaise.

Camille Claudel (1864-1943), L’Implorante, bronze à patine brun nuancé de vert, signé, cachet d’Eugène Blot et n° 48 (sur 59), 28,5 25 16,5 cm.
Adjugé : 202 950 

Vue dans la Gazette n° 36 (voir l'article Quand Camille Claudel sculptait avec son âme page 139), l’Implorante est parmi les œuvres les plus connues de Camille Claudel, et a été créée dans les années 1890. À l’origine, cette femme tendant ses bras dans une attitude désespérée faisait partie d’un groupe intitulé L’Âge mûr, symbolisant les relations conflictuelles de la sculptrice avec son amant Auguste Rodin. Cette version isolée (numérotée 48) a été éditée par Eugène Blot en 1905, et appartient sans aucun doute à la série des cinquante-neuf épreuves en réduction à 29 cm. L’Implorante obtenait ici 202 950 €. C’est une autre figure féminine qui occupait la seconde place dans le palmarès brillant de cette vacation… celle-ci bien plus sûre d’elle-même ! Parée d’une grande robe de soie aux reflets merveilleusement rendus, coiffée d’une perruque bouclée, voici certainement Charlotte de Fleury de La Jonchère (1692-1757) trônant dans un fauteuil doré. La dame a été identifiée, à l’instar de l’auteur de son portrait, Hyacinthe Rigaud, par le spécialiste attitré du maître, Stéphan Perreau, au terme d’une longue enquête (voir l'article Un Hyacinthe Rigaud révélé de la Gazette n° 35, page 23). Rappelons que le modèle, fille de comédiens parisiens, fera un beau mariage en épousant Gérard Michel de La Jonchère (1673-1750), trésorier de l’extraordinaire des guerres en 1711, et deviendra une figure des salons de la capitale. L’œuvre, somptueuse, avait toute sa place dans une institution publique : c’est chose faite, car elle rejoindra ses semblables au musée Rigaud de Perpignan (ville natale de l’artiste), pour lequel elle a été préemptée à 123 000 €. Après ces sommets, on pouvait se consoler avec une exquise pièce due au sculpteur Albert Bartholomé et intitulée Fillette endormie (21 27 25 cm) ; cette épreuve en bronze à patine brun clair, signée «Bartholomé» sur le devant, porte un cachet du fondeur Siot. On l’éveillait pour 3 690 €.

Hyacinthe Rigaud (1659-1743), Portrait de femme, présumé de Charlotte de Fleury de La Jonchère, huile sur toile, 141 x 99,5 cm. Adjugé : 1
Hyacinthe Rigaud (1659-1743), Portrait de femme, présumé de Charlotte de Fleury de La Jonchère, huile sur toile, 141 99,5 cm.
Adjugé : 123 000 
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne