facebook
Gazette Drouot logo print

Chou gras pour un lapin de Claude Lalanne

Le 17 juin 2021, par Anne Doridou-Heim

Les saveurs modernes et naturelles étaient au cœur de cet opus construit autour de Claude Lalanne, Raoul Dufy et Jean-Michel Atlan.

Chou gras pour un lapin de Claude Lalanne
Claude Lalanne (1925-2019), Lapin-Chou I, épreuve en bronze à patine nuancée mordorée et cuivrée, numérotée 5/8, 25 30 17,5 cm.
Adjugé : 194 500 

Alors que les animaux du couple Claude et François-Xavier Lalanne s’apprêtent à investir les jardins de Trianon pour l’été (du 19 juin au 10 octobre), une épreuve du Lapin-Chou I de Claude se faisait belle et déployait sa collerette feuillagée pour cueillir 194 500 €. Voilà une création des plus originales qui aurait certainement eu l’heur de plaire à la reine Marie-Antoinette pour ses bosquets champêtres ! De fait, l’univers poétique de Claude Lalanne part d’empreintes, de moulages et de galvanoplastie pour figer les formes naturelles avant de les transformer en sculptures, mobilier ou miroirs dans un esprit ornemental et baroque. Il est question ici de poésie et d’humour et comme par magie, le charme opère. C’est ensuite Raoul Dufy (1877-1953) – lui est aux cimaises du musée de Montmartre, mais pour son travail sur Paris, jusqu'au 12 septembre – qui nous emmenait faire une balade dans la nature avec un Cavalier et promeneur au bois (38 46 cm), une toile peinte vers 1909. La peinture conserve une veine fauve et des aplats de couleurs qui vont bientôt disparaître au profit de la fluidité de la ligne. Elle était reconnue à 93 980 €. Le succès était aussi au rendez-vous pour les peintures de Jean-Michel Atlan (1913-1960) provenant de la collection de Camille Atlan – sa sœur – et son époux, Jacques Polieri. Ce fonds unique, provenant presque exclusivement de l’atelier du peintre, comprend des huiles, des pastels, des dessins, des manuscrits poétiques – dans lesquels on le découvre jeune professeur de philosophie et très engagé dans la résistance – ainsi que des archives : soixante numéros en tout pour un résultat global de 424 484 €. Les plus hautes enchères, 67 310 et 66 040 €, ont récompensé deux toiles Sans titre exécutées en 1955 (100 64 cm) et 1954 (64,5 50 cm) dans des tonalités sourdes chères à Atlan. Seule fausse note de cet après-midi à la tonalité XXe qui se concluait sur le produit total de 1 287 260 €, la guitare «The Queen» de George Fullerton (voir l'article Instrument de la réussite page 53 de la Gazette n° 22) n’électrisait pas les foules.

mardi 08 juin 2021 - 14:00 - Live
De Baecque et Associés
Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot