Alberto Giacometti : une forme, un objet 

Le 04 juillet 2019, par Anne Doridou-Heim

Une «calebasse» en bois et plâtre doré rappelait le talent de l’artiste suisse pour la conception d’objets utilitaires et son amitié avec Jean-Michel Frank.

Alberto Giacometti (1901-1966) pour Jean-Michel Frank (1895-1941), lampe Calebasse, grand modèle, bois et plâtre patiné doré, marquée sous la base «AG 01», modèle créé avant 1939, h. 25 cm.
Adjugé : 218 400 
© Succession Alberto Giacometti (Fondation Giacometti, Paris + ADAGP, Paris), 2019

C’est à partir de 1929 qu’Alberto Giacometti (1901-1966) réalise des objets décoratifs. Ce travail trouve son origine dans l’intérêt manifesté très tôt par l’artiste pour les objets utilitaires des sociétés antiques ou primitives. Il prend forme pour la première fois avec la commande par l’intermédiaire du peintre André Masson de l’aménagement du bureau du banquier Pierre David-Weill. La véritable implication du Suisse dans ce domaine date de l’année suivante avec la rencontre du décorateur Jean-Michel Frank (1895-1941). Plus qu’une simple collaboration le premier vendant par l’intermédiaire du second , c’est une réelle amitié qui s’installe entre le sculpteur et l’ensemblier. Sur le site de la fondation Giacometti, on peut lire qu’Alberto occupe une place privilégiée, Frank le sollicitant régulièrement pour la livraison de nouvelles pièces et lui vantant leur fort attrait auprès de ses clients «Aucun aménagement ne sera réalisé sans inclure au moins une de ses créations». Et lorsqu’on connaît le succès que Jean-Michel Frank avait auprès du Tout-Paris, on comprend que ce furent en tout «près d’une centaine de modèles» que le sculpteur inventa jusqu’au décès prématuré du décorateur en mars 1941. Cette lampe Calebasse grand modèle, exécutée en bois et plâtre doré et dessinée avant 1939, racontait à 218 400 € un petit bout de cette histoire, celle de l’apogée des arts décoratifs dans l’entre-deux-guerres. L’Italien Carlo Scarpa (1906-1978) est un autre de ces créateurs emblématiques. Lui est passé par l’architecture avant de s’intéresser au domaine du verre et, dans les mêmes années qu’Alberto Giacometti d’ailleurs, réalise ce qu’il nomme des «objets» en collaboration avec les maîtres des ateliers de Murano notamment comme ici avec M.V.M. Cappellin & Co. Deux vases quadrangulaires incamiciati laissaient voir leur finition irisée, rouge corail pour le premier (h. 19 cm) et noire pour le second (h. 15 cm), à respectivement 26 000 et 19 500 €. Ils s’inscrivent dans le temps du renouveau de l’art verrier à Venise, celui toujours des années 1930.

lundi 24 juin 2019 - 14:00 - Live
9, rue Drouot 75009 Paris
Gros & Delettrez
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne