Du Plantier, designer moderniste

Le 23 juillet 2020, par Anne Doridou-Heim

Audace et succès pour l'une des dernières odes aux arts décoratifs du XXe siècle… avant la rentrée !

Marc du Plantier (1901-1975), lampadaire tripode en fer martelé patiné noir et minéraux, vers 1963, h. 121 cm.
Adjugé : 19 503 

Line Vautrin piquait la curiosité à 21 453 € avec son miroir Chardon (voir l'article Le chardon de Line Vautrin : qui s'y frotte, s'y pique ! page 38 de la Gazette n° 27 du 10 juillet), dont les chatoiements se reflétaient à 19 503 € sur ce lampadaire tripode de Marc du Plantier (1901-1975). Ce modèle conçu vers 1963 – soit assez tard dans la carrière de son auteur –, présentant un assemblage hardi et moderniste de fer martelé patiné noir et de minéraux, a été présenté à Los Angeles en 1964 lors d’une exposition de l’International Design Center. Il incarne tout le talent élégant, mais également créatif et ne dédaignant pas certaines audaces, d’un décorateur longtemps méconnu et remis à l’honneur dans la décennie 1980. Cette période a en effet vu le retour en grâce de tous ceux qui ont fait le style des années 1940 et ont continué à insuffler du chic dans leurs créations. Solitaire parce que totalement libre, il cultivait sa propre idée du luxe qu’il délivrait à des commanditaires souvent rencontrés dans les hautes sphères de la mondanité. Dans cette vente dédiée aux arts décoratifs, une fonte Susse de l’Ours assis (48 35 30 cm) de Georges Lucien Guyot (1885-1973), un bronze à patine brun nuancé, se postait à 21 063 € sur un bureau (76,5 121,5 61 cm) en chêne sculpté de Jean-Michel Frank (1895-1941), un autre grand nom du XXe siècle. D’une grande simplicité formelle, celui-ci, ouvrant par deux tiroirs en façade et reposant sur quatre montants reliés par une entretoise, retenait l’enchère la plus smart de la session : 39 003 €.

vendredi 17 juillet 2020 - 13:30 - Live
3, rue Rossini 75009 Paris
Millon
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne