La magie de Picasso, le dépouillement de Perriand

Le 05 décembre 2019, par Philippe Dufour

Une table toute simple de la designer, flanquée de six chaises, prenaient les devants à Lyon. De la même période – les protéiformes années 1950 – datait aussi une pièce due au maître d’origine malaguène.

Pablo Picasso (1881-1973), Cavalier et Cheval, pichet tourné en terre de faïence blanche, décor aux engobes noir, rouge, bleu, modèle créé en 1952, tirage à 300 exemplaires numéroté 119/300, h. 22 cm.
© Succession Picasso, 2019

Adjugé : 10 500 

Picasso signait ici, pour l’atelier Madoura, un poétique pichet tourné, qui aura récolté 10 500 € ; il emprunte ses courbes à un duo, Cavalier et Cheval. L’objet (h. 22 cm), comme il se doit, est en terre de faïence blanche, avec un décor aux engobes noir, rouge, et bleu. Ce modèle, créé en 1952, est numéroté 119/300, et porte la marque «Madoura, édition Picasso» et le cachet «édition Picasso». Il est naturellement répertorié dans l’incontournable catalogue d’Alain Ramié, sous le n° 137. En 1956, Charlotte Perriand imaginait la table de salle à manger en noyer massif dite «Méribel», à plateau rond reposant sur quatre pieds cylindriques (h. 71,5 cm, diam. 128 cm). Assortie de six chaises en bois naturel teinté et assises en paille (h. 75 cm), et diffusée par Steph Simon dans sa galerie du boulevard Saint- Germain à partir de 1956, elle était déménagée en échange de 18 530 €. Deux de ses fameux tabourets de berger, tripodes, la talonnaient avec 6 510 €. Dans un style opposé, jouait pour 8 107 €, une Actrice de Demeter Chiparus, soit un bronze chryséléphantin à patine polychrome sur socle en onyx (h. 30 cm) ; ce modèle est répertorié sous le n° 54 dans l’ouvrage Chiparus, d’Alberto Shayo (éditions Abbeville, 1993).

mercredi 27 novembre 2019 - 14:30 - Catalogue
6, rue Marcel-Rivière 69002 Lyon
Ivoire - Bérard - Péron
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne