De la flore au divin, avec Gallé, Picasso et Charpentier

Le 26 septembre 2019, par Philippe Dufour

À Chantilly, la verrerie art nouveau s’imposait face à la statuaire XIXe et au dessin du XXe.

Émile Gallé (1846-1904), vase d’étude «aux monnaies-du-pape (Lunaria annua)», 1900, verre multicouche soufflé, ciselé à la meule, inclusions de paillettes d’or, d’argent et de platine, signé, h. 20,5 cm.
Adjugé : 54 375 € 

L’Exposition universelle de 1900 est l’occasion pour Émile Gallé, à l’apogée de son art, de présenter le résultat de ses recherches novatrices sur le verre. Ses quatre stands, répartis entre le Grand Palais et l’esplanade des Invalides, éblouissent les visiteurs, alignant des dizaines de modèles uniques. Parmi ceux-ci un très poétique vase «aux monnaies-du-pape (Lunaria annua)», l’une des plantes favorites du maître verrier. À Chantilly est justement réapparu un vase (h. 20,5 cm) s’avérant une rare étude pour cette pièce. Il changeait de mains pour 54 375 €. L’étude se présente comme une pièce en verre multicouche soufflé, de forme conique s’évasant jusqu’au haut du col droit sur un pied bulbeux. Son décor végétal a été entièrement ciselé à la meule pour dégager les couleurs blanc et bleu avec effet de givre blanc sur un fond martelé et vitrifié violine, enrichi d’inclusions de paillettes d’or, d’argent et de platine. Naturellement, l’objet porte la signature verticale japonisante de Gallé et la date «1900».  À l’opposé de cette expression audacieuse et avant-gardiste, une sculpture en bronze tirait aussi son épingle du jeu : la Jeanne d’Arc (voir l'article Jeanne par Charpentier de la Gazette n° 30, page 89) imaginée par Félix Charpentier. La statue de la sainte (74 cm) était montée sur une colonne en marbre portor (110 cm). L’artiste a réalisé plusieurs versions de la figure de Jeanne, en cette fin du XIXe siècle en quête de héros nationaux, après le désastre de 1871. Celle-ci se pare de patines brune, dorée et argentée. Elle était à vous pour 47 500 €. Mais l’art du XXe siècle n’était pas oublié avec le prolifique Pablo Picasso, signant ici un dessin aux crayons de couleur figurant un visage dédicacé «Pour Jules Garés», daté «8.7.58.» et signé (20,5 14 cm). L’œuvre solaire agrémente la première page du livre illustré Picasso, de Franck Elgar et Robert Maillard (éditions Fernand Hazan). Accompagnée d’un certificat de Claude Ruiz-Picasso en date du 3 septembre 2019, elle était emportée pour 23 125 €.

dimanche 22 septembre 2019 - 10:30, 14:00 - Live
4, avenue Bourbon 60500 Chantilly
Hôtel des Ventes de Chantilly Oise enchères
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne