L’enfance est universelle

Le 20 juin 2019, par Anne Doridou-Heim

L’artiste vietnamien Lê Van Dé entre dans la modernité tout en conservant ses attaches ancestrales.

Lê Van Dé (1906-1966), Enfants jouant au jardin, huile sur toile, 86 105 cm.
Adjugé : 122 360 

Cette toile de Lê Van Dé (1906-1966) a bien été l’œuvre la plus disputée de la vente voir l’article Lê Van Dé, entre Orient et occident en page 65 de la Gazette no 22 du 7 juin et, en obtenant 122 360 €, aurait par la même occasion offert à son auteur un record mondial. Il faut dire que l’artiste vietnamien, à la différence de ses compatriotes Lé Phô, Mai-Thu et Vu Cao Dam, est rare sur le marché. Le sujet proposé, des Enfants jouant au jardin, est parfaitement en phase avec les thèmes traités par ces artistes ouverts à la peinture à l’huile par leurs professeurs français de l’École des beaux-arts d’Hanoï. En effet, s’ils adoptent les techniques picturales occidentales, ils conservent les motifs traditionnels du Vietnam. Les femmes alanguies, les scènes de retour du marché et celles convoquant les plus jeunes en sont le cœur palpitant. Parmi les autres résultats à retenir, on signalera les 38 640 € d’un sceau en jade néphrite céladon sculpté à l’imitation d’un tigre couché, les 30 912 € d’une table à opium composite, au plateau vraisemblablement en huanghuali, et les 24 472 € d’une encre et couleurs sur soie (154,5 96 cm) de l’école chinoise vers 1900, sur laquelle canards mandarins et libellule s’ébattaient dans une mare au lotus… Une œuvre qui pourrait avoir été peinte par Wang Dingzhi, un lettré célèbre de la fin de la dynastie Qing et du début de la République en Chine.

vendredi 14 juin 2019 - 11:00 - Live
Boisgirard - Antonini
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne