Gazette Drouot logo print

De Mai-Thu à Lapicque, un tour du monde en peinture

Publié le , par Philippe Dufour

Une pluie de bons scores récompensait les nombreux lots de cette vente tourangelle, émaillée de pièces de Jean Royère, d’une scène de Mai-Thu et d’une série impressionnante de toiles de Charles Lapicque.

De Mai-Thu à Lapicque, un tour du monde en peinture
Mai-Thu (1906-1980), La Sieste , 1942, encre et couleurs sur soie, signature et cachet, datée, titrée au dos, 26 36 cm.
Adjugé : 217 000 

Succès confirmé pour la dispersion de peintures, sculptures et mobilier orchestrée à Tours, qui devait finalement totaliser 1,74 M€… Les artistes du XXe siècle y étaient fêtés, et en particulier Mai-Thu, auteur d’une soie peinte à l’encre et couleurs en 1942, représentant La Sieste (26 36 cm). Portant signature et cachet, la composition avait été offerte à l’un de ses collaborateurs, par le dirigeant d’une société d’import-export avec l’Indochine entre 1947 et 1966. Doté d’un certificat d’authenticité établi en 2021 par Mai Lan Phuong (fille de l’artiste), la jeune fille endormie a attiré 217 000 €. Figurant une autre beauté assoupie, À la source, de l’Espagnol Baltasar Lobo, représente un nu féminin tout en rondeurs, qui lui aussi a séduit un connaisseur, prêt à débourser 186 000 €. Il s’agit d’une épreuve de bronze à patine brune nuancée, signée et justifiée «n° 3/8», d’un modèle de 1982-1989 fondu en 1990 chez «Susse Frères Paris» (55,5 127,5 48,5 cm). Apparaissait ensuite la figure haute en couleur de Fikret Moualla, à travers quatre de ses œuvres : Promenade à Cannes de 1959 (49,5 59,5 cm), La Partie de cartes de 1955 (20 26 cm), Promenade sur fond jaune de 1961 (49 63 cm) et Les Passants de la même année (49 63 cm), vendues ensemble à un acheteur turc pour 70 680 €. Mais, en matière de coloris, Charles Lapicque remportait la première place, à travers 58 toiles provenant de la collection Alain et Violette Merle (petite-fille du peintre), qui totalisaient 880 000 € (voir l'article Jean Royère en tête, suivi de Charles Lapicque de la Gazette n° 38, page 121). Ressortait de ce panorama de l’œuvre de l’artiste, car adjugée 86 800 €, L’Invitation à la sagesse de 1961 (97 162 cm), une grande composition avec tigre et assemblée de sages. À 80 600 €, c’était San Zaccaria, brossé après un voyage à Venise, qui trouvait aussi amateur, alors qu’un Paysage de l’Atlas saharien de 1951 (96 130 cm) partait à 53 320 €.
 

Charles Lapicque (1898-1988), L’Invitation à la sagesse, huile sur toile, 1961, 97 x 162 cm (détail). Adjugé : 86 800 €
Charles Lapicque (1898-1988), L’Invitation à la sagesse, huile sur toile, 1961, 97 162 cm (détail).
Adjugé : 86 800 

Panorama (après-vente)

Signées Jean Royère

Publié le , par Philippe Dufour

59 520 € : c’était la somme à offrir pour emporter une paire de commodes réalisées par Jean Royère, vendues en réunion chez Rouillac OVV à Tours, le...

Signées Jean Royère

59 520 € : c’était la somme à offrir pour emporter une paire de commodes réalisées par Jean Royère, vendues en réunion chez Rouillac OVV à Tours, le dimanche 7 novembre. Les deux meubles quasi identiques (90,5 et 94,5 105,5 44,5 cm) ont été commandés par un grand médecin parisien autour de 1934, le docteur Alfred Bensaude – qui a donné son nom à ce modèle (voir l'article Jean Royère en tête, suivi de Charles Lapicque de la Gazette n° 38, page 120). On admirera le minimalisme avant-gardiste de ces pièces en placage de sycomore, ouvrant par quatre tiroirs sans décor ni poignées, et qui, à l’époque, étaient complétées d’un tiroir central et de miroirs…

Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot