Un masque Ligbi musulman

Le 04 juin 2020, par Anne Doridou-Heim

Ce masque du Do a été sculpté par les Ligbi, une population musulmane de l’aire sénoufo.

Ligbi, Côte d’Ivoire. Masque du Do en bois polychrome, h. 32 cm.
Adjugé : 25 600 

Conçu pour danser plusieurs jours lors des festivités célébrant la fin du ramadan et l’entrée dans le nouveau mois de chawwal, cet artefact exprimait un fort sentiment de recueillement et de sérénité. Cette impression était renforcée par ses yeux mi-clos et sa polychromie d’origine conservée. Il a été sculpté par les Ligbi, une population musulmane de l’aire sénoufo, et était destiné au Do, une cérémonie réservée aux seuls initiés. Son apparition était récompensée de 25 600 €. L’objet a appartenu à la collection Maurice Garin et fut acquis in situ entre 1950 et 1955. Il en était de même pour la sculpture en bois d’une femme se tenant debout, vêtue d’un pagne traditionnel en étages superposés, déposée à 40 960 € (voir l'article Mémoire et symbole de l’art tribal page 39 de la Gazette du 22 mai). Il s’agit d’une pièce ancienne, réalisée en pays sénoufo par un maître certainement habile au regard de son rythme particulièrement harmonieux et de la grande sérénité qui s'en dégage. Chez les Sénoufo, la femme est respectée à l’égale d’une divinité : c’est à travers elle que s’effectue le lien direct entre le monde invisible des esprits et celui des vivants, et que s’accomplit la destinée humaine. Aussi ne lui voient-ils aucune négativité. Un exemple à suivre…

mardi 26 mai 2020 - 14:00 - Live
3, rue Favart 75002 Paris
Ader , Euvrard & Fabre
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne