L’or de l’Amérique

Le 08 décembre 2017, par Anne Doridou-Heim

Un pendentif zoomorphe façonné au Costa Rica à l’époque de la culture Diquis (700-1500) devenait, avec ses 35 560 €, le plus bel atour de cette vente d’art précolombien.

Culture Diquis (700-1500), Costa Rica. Pendentif zoomorphe, or archéologique légèrement cuivré, poids 138,12 g, h. 11 cm, diam. 8,9 cm.
Adjugé : 35 560 €

On y apprenait que le culte de l’or régnait alors, succédant à la suprématie du jade. Deux hypothèses sont avancées pour expliquer cet engouement. Premièrement, l’affaiblissement des Mayas, connus pour être les principaux fournisseurs de la pierre verte. Deuxièmement, la découverte, dans les rivières du Diquis, de lourdes pépites du métal précieux. L’une accompagnant peut-être l’autre, l’or est utilisé en abondance par les ateliers costaricains et transformé en bijoux cérémoniaux du plus bel effet – ici, un pendentif figurant un singe à double tête, sa queue enroulée formant le contour. La demande est telle qu’autour de 1300 l’offre s’épuise et que, pour continuer à y répondre, les artisans travaillent un nouvel alliage d’or et de cuivre, le tumbaga. Un détail ne manquant pas de retenir l’attention tant on sait que c’est pour s’approprier les fabuleux gisements d’or de Mésoamérique que l’Espagne se lança à la conquête du Nouveau Monde… «Eldorado», les conquistadors n’avaient que ce nom à la bouche. La suite est connue elle aussi.

vendredi 01 décembre 2017 - 14:30 - Live
9, rue Drouot 75009 Paris
Binoche et Giquello
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne