Raoul Dufy et Boldini, Friesz ou Volti...

Le 07 janvier 2021, par Philippe Dufour

Ils ont pour noms Dufy, Boldini, Friesz ou Volti et ont, chacun à sa manière, révolutionné les codes de la peinture et de la sculpture au siècle dernier.

Raoul Dufy (1877-1953), Calèches devant le Carlton à Cannes, vers 1925, aquarelle sur papier signée, 50,5 65,5 cm.
Adjugé : 57 150 

Les pinceaux et crayons de Raoul Dufy, maître de la couleur et de la ligne libres, ont su transfigurer, comme par enchantement, paysages et monuments des plus classiques. Certes, le palace du Carlton ne l’était pas forcément avec son architecture légère, dédiée aux plaisirs de la villégiature en 1912 par l’homme d’affaires Casimir Reynaud. Mais l’artiste sait faire chanter ses formes néobaroques dans cette aquarelle (50,5 65,5 cm) exécutée vers 1925 (voir l'article Les plaisirs cannois en compagnie des Dufy Gazette n° 44, page 116). Calèches devant le Carlton à Cannes se devait donc d’être la vedette de la session, stoppant son ascension à 57 150 €. Antérieur de quelques années seulement, un séduisant Portrait de jeune fille au chapeau brossé par Giovanni Boldini retenait aussi l’attention des connaisseurs. L’aquarelle sur papier (41,5 50 cm) est accompagnée d’un certificat de Francesca Dini et sera bientôt incluse au catalogue raisonné en préparation. Elle recueillait là 19 000 €. Pour 12 700 €, direction Le Port de Saint-Malo, ou plutôt sa représentation en 1934 par Othon Friesz ; l’huile sur toile (55 65 cm) a également l’avantage de conserver une vue de la cité corsaire et sa parure de granit gris avant les grandes destructions de la dernière guerre. Un peu d’exotisme ensuite, avec Vu Cao Dam qui cette fois dépeignait un Coq ébouriffé, plus vrai que nature… L’œuvre, peinte à l’huile sur papier en 1964 (30 23 cm), a été apprivoisée pour 8 100 €. Évoquons encore une assiette ronde-carrée de Pablo Picasso pour Madoura Tête de chèvre réalisée en 1950. D’une édition à 50 exemplaires, la pièce (diam. 25,5 cm) a été achetée 7 600 €. Cependant, c’est du côté de la sculpture qu’il fallait aller chercher l’autre grand gagnant de la journée : Antoniucci Volti, inscrivant 31 750 € avec sa Femme recroquevillée, modelée vers 1960. Elle se présente sous forme d’un bronze à patine brune foncée, numérotée «4/6» (16,8 15 13,5 cm).

Antoniucci Volti (1915-1989), Femme recroquevillée, vers 1960, sculpture en bronze à patine brune foncée, signée et numérotée « 4/6 », 16,
Antoniucci Volti (1915-1989), Femme recroquevillée, vers 1960, sculpture en bronze à patine brune foncée, signée et numérotée « 4/6 », 16,8 15 13,5 cm.
Adjugé : 31 750 
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne